Interview du guide de montagne Georg Leithner – le métier de guide de montagne

13 juin 2023 - SnowTrex

Georg Leithner est guide de montagne depuis 15 ans et passe sa vie dans les montagnes depuis son enfance – en été comme en hiver. Depuis le début, Leithner encadre les camps de ski de randonnée de SnowTrex Partner Skitourenwinter en tant que guide de montagne. En 2019, ce guide de montagne à plein temps originaire du Pinzgau a dirigé le camp de ski de randonnée SnowTrex avec son collègue guide de montagne et ami de longue date, Moritz Rabel, et a enthousiasmé les participants avec son expertise et ses récits impressionnants de ses expéditions. SnowTrex a interrogé cet homme de 45 ans sur son métier et sur la fascination qu’exercent l’alpinisme et le ski de randonnée. Il a également résumé les informations les plus importantes concernant le métier de « guide de montagne ».

Le ski de randonnée est à la mode et les amateurs de sports d’hiver ont tout intérêt à se faire accompagner par un guide de montagne lors de leur randonnée.

Entretien avec le guide de montagne Georg Leithner

M. Leithner, quel a été votre parcours personnel pour devenir guide de montagne ?

J’ai toujours été dans les montagnes. Dès mon enfance, j’ai gravi les hautes montagnes d’Autriche avec mon père. À un moment donné, j’ai commencé à faire de l’escalade et je suis allé encore plus loin dans les montagnes. Finalement, j’ai rejoint le sauvetage en montagne en 1998 et j’y ai travaillé pendant plusieurs années. C’est là qu’on m’a demandé : « Quand est-ce que tu vas faire la formation de guide de montagne ? Tu passes tellement de temps en montagne et tu connais tout, ce serait quelque chose pour toi » J’ai pris cela à coeur et je me suis renseigné sur les exigences requises pour l’examen d’aptitude. Auparavant, j’ai toujours pensé qu’il fallait être un alpiniste d’exception et je me considérais plutôt comme un alpiniste moyen. J’ai ensuite passé cinq ans à me préparer minutieusement à la formation, tout en travaillant à 100 %, en tant qu’ajusteur dans l’exploitation minière et en équipe.

Quelles sont les conditions requises pour travailler comme guide de montagne ?

Pour être guide de montagne, il faut avoir un niveau très élevé dans toutes les facettes des sports de montagne. Pour l’examen d’entrée à la formation, il y a un certain niveau à maîtriser dans tous les domaines. Ainsi, en escalade alpine, il faut être capable de grimper librement jusqu’au 7e degré supérieur, avoir de l’expérience en ski de randonnée dans les montagnes herbeuses normales et sur les glaciers, et combiner l’escalade sur glace et sur rocher jusqu’aux 5e et 6e degrés de difficulté. Pour l’examen d’entrée, il faut en outre pouvoir skier au niveau de moniteur de ski national, ce qui fait échouer la plupart des candidats.

Votre travail est-il le mariage parfait de la passion et de la profession ?

Si la passion de l’alpinisme est aussi votre vocation, alors le métier de guide de montagne est évidemment une bonne chose ! Cependant, beaucoup suivent la formation de guide de montagne pour une autre raison : c’est la formation la plus élevée au plus haut niveau dans les sports de montagne que vous pouvez acquérir. C’est pourquoi de nombreux alpinistes utilisent cette formation pour obtenir la touche finale qui fera d’eux de parfaits alpinistes, car ils ne l’obtiennent plus au Club alpin. En revanche, le métier ne les intéresse pas du tout. Certains suivent également la formation pour financer leurs études en été grâce à des randonnées guidées. On peut dire que sur 20-25 guides de montagne formés, il en reste environ cinq qui exercent réellement le métier.

En tant que guides de montagne, ils sont probablement extrêmement souvent en déplacement et passent peu de temps chez eux ..

C’est le métier qui veut ça, mais avec l’âge et une relation ou une famille, on essaie de rapprocher le domaine de travail de la maison. Sans attache, sans maison ni famille, peu importe si vous voyagez pendant des semaines, si vous vous rendez en Amérique du Sud à l’intersaison ou si vous dirigez des trekkings au Népal. Cependant, lorsque l’on a acquis un certain statut de vie, on a naturellement envie d’être davantage chez soi. Néanmoins, il faut bien que je fasse quelques escapades, je ne peux pas rester 365 jours au même endroit !

Je passe désormais l’hiver chez moi. Ici, je connais chaque pente et je peux suivre l’évolution de la météo et de la neige tout au long de la saison. Il est donc beaucoup plus facile d’évaluer la qualité de la neige. Dans d’autres endroits, je dois me préparer longuement, me renseigner sur la neige et évaluer les risques potentiels. C’est beaucoup plus exigeant qu’à la maison.

Hiver ou été ? Quel est votre préféré ?

Dans les deux saisons, on découvre toutes les facettes des sports de montagne et l’organisation des courses et la recherche d’itinéraires sont identiques. En été, il y a cependant des passages plus exigeants en termes d’escalade. Pour moi, l’été est la saison la plus facile pour exercer ce métier, car il n’y a pas le danger potentiel des avalanches. Néanmoins, l’hiver est aussi cool ! Les camps de ski de randonnée, en particulier, sont très amusants. En hiver, il faudrait au mieux un bon mélange de formation alpine, de ski de randonnée et de freeride.

Qu’est-ce qui fait pour vous la fascination du ski de randonnée ?

Être en plein air – avec la nature. Se soumettre à la force de la nature, c’est-à-dire aux avalanches. Moi-même, livré à moi-même, capable de prendre des décisions qui peuvent être une question de vie ou de mort. En outre, je suis impressionné par ces paysages fascinants que la neige produit en combinaison avec la lumière, ce qui n’existe pas chez nous en été. En hiver, la lumière diffuse crée des contours très différents, un paysage très différent. On peut se ressourcer énormément dans la nature en pratiquant le ski de randonnée d’une manière confortable et axée sur l’expérience, et profiter du calme de la nature et de l’hiver.

Tout le monde peut-il faire du ski de randonnée ? Quelles sont les conditions requises pour faire une randonnée à ski (guidée) ?

En principe, toute personne sachant skier et ayant une certaine forme physique peut faire du ski de randonnée. Le point crucial, où le plaisir se transforme souvent en souffrance, est le niveau de ski. Souvent, la montée se passe bien, mais on est déjà fatigué. Si le niveau de ski est moyen ou mauvais, ce n’est plus amusant et cela devient dangereux, car le risque de blessure augmente. La condition de base est donc d’avoir un virage court solide, afin de pouvoir maîtriser les différentes conditions de neige. Beaucoup disent qu’ils ne font du ski de randonnée que pour la montée, mais j’aime aussi beaucoup redescendre !

Quels conseils donneriez-vous aux débutants en ski de randonnée ?

Je recommande un entraînement de base dans le domaine proche des pistes pour la montée, ce qui permet de se familiariser avec l’équipement et d’étudier le déroulement des mouvements. Par la suite, il faut travailler à l’amélioration du niveau de ski, également dans le domaine proche des pistes. Il arrive un moment où l’on souhaite se lancer dans le hors-piste. C’est alors qu’il faut décider : Où faire quoi et avec qui ? Un camp, comme celui que nous venons de faire avec SnowTrex, est un bon moyen d’apprendre ce qui est important dans le ski de randonnée en dehors de l’équipement : la météo, la neige, les avalanches, la dynamique de groupe. Tout cela, on l’apprend très bien dans de tels camps !

Je recommande donc à tout le monde de participer à un tel camp pour obtenir un apport de base et ne pas se contenter de suivre aveuglément quelqu’un. Si je dois suivre quelqu’un, je peux au moins me demander ensuite si tout ce qu’il fait est correct.

Quand peut-on s’aventurer seul sur le terrain ?

Je pense qu’il faut au moins cinq à dix ans de pratique régulière du ski de randonnée avec des personnes expérimentées pour être en mesure d’apprendre à skier seul dans une région où vous êtes déjà allé plusieurs fois. Je ne pense pas qu’il soit judicieux de se rendre n’importe où pour faire une randonnée à ski, car c’est déjà un défi pour nous, guides de montagne, d’effectuer la randonnée en toute sécurité. Surtout si je ne connais pas la région, même en été.

Sinon, cela dépend de la rapidité et de l’intuition avec lesquelles on peut assimiler et mettre en oeuvre tous les facteurs pertinents, et si l’on est plutôt du genre craintif ou fonceur. Si l’on respecte les règles élémentaires, il est possible d’entreprendre assez tôt des randonnées à ski faciles, pas trop éloignées de l’espace sécurisé, en toute autonomie. En revanche, les entreprises sauvages nécessitent beaucoup d’expérience. La cartographie, l’achat de matériel, le rapport d’avalanche – de nombreux facteurs entrent en jeu dans la planification et il faut être très sûr de soi. Ou alors, on repousse ses limites et on augmente son niveau de risque. En tant que sportif, c’est à vous de décider.

Georg Leithner donne des conseils sur l’utilisation du DVA.

Jugez-vous le ski de randonnée comme un sport dangereux ?

Aussi dangereux que le skieur de randonnée individuel pousse le risque vers le haut. On peut pratiquer ce sport de manière très, très sûre. Avec des méthodes de réduction élémentaires comme celles de Werner Munter, on évolue à un niveau de sécurité élevé, à quelques pourcents près de l’inévitable. Avec de telles stratégies, qui définissent un risque résiduel accepté par la société, on peut faire du ski de randonnée en toute sécurité. Si quelque chose arrive, c’est simplement la faute à pas de chance.

Le problème est qu’il n’y a aucune obligation d’utiliser ces méthodes. De ce fait, il est souvent impossible de savoir a posteriori si un accident s’est produit en raison du risque résiduel ou si c’était vraiment de l’imprudence.

Quel est le rôle des médias ?

Il y a toujours un emballement médiatique lorsque quelque chose se passe, parce que c’est un sport marginal. Ce n’est pas comme conduire une voiture, car la conduite automobile est en principe acceptée. Tout le monde connaît le risque et l’accepte. La circulation routière est très dangereuse et bien que tout le monde doive passer un permis de conduire, des accidents se produisent. On a créé un cadre légal, mais l’homme fait quand même des erreurs et des accidents se produisent. Il en va de même à l’extérieur, sur le terrain alpin. Beaucoup de gens connaissent les lieux et font attention aux autres, mais il arrive quand même que quelque chose arrive parce que l’on a peut-être mal évalué quelque chose.

Malgré l’augmentation du nombre de randonneurs à ski, plus de 500 000 aujourd’hui, le nombre d’accidents reste constant, avec environ 20 à 30 morts par avalanche chaque hiver en Autriche. La pratique du ski de randonnée est donc de plus en plus sûre.

Qu’est-ce qui vous attire le plus dans votre métier et dans l’alpinisme ?

Ce qui est génial dans l’alpinisme, c’est que l’on est réduit à soi-même dans la nature. La montagne n’est pas un équipement sportif. Peu importe l’équipement dont vous disposez et vos connaissances techniques : si le temps n’est pas de la partie, vous pouvez humblement faire demi-tour sans avoir accompli quoi que ce soit.

Au milieu de la nature, les amoureux de la neige sont en pleine possession de leurs moyens lorsqu’ils font du ski de randonnée.

Lorsque l’on se trouve au milieu des montagnes, comme au Népal, et que l’on ne voit personne à des centaines de kilomètres, on se dit : qui a besoin de l’homme ? La nature est tellement merveilleuse – même sans l’homme. Faire l’expérience de cela est tout simplement sensationnel dans l’alpinisme. De plus, l’alpinisme est une école de vie, des amitiés se nouent pour la vie et on s’amuse ensemble. C’est génial !

Un grand contraste avec la solitude en montagne …

Exactement, d’un côté ce « rien » et de l’autre une société qui partage les mêmes idées et qui aime aussi le fait qu’il n’y ait rien là-haut. En tant que guide de montagne, montrer à ces personnes partageant les mêmes idées qu’il est possible de se déplacer en toute sécurité dans les montagnes et d’en profiter, c’est toujours une expérience ! C’est aussi une confirmation de soi lorsque, après une randonnée réussie, on arrive sain et sauf dans la vallée, où l’on boit une bière ensemble et où l’on se dit au revoir en tant que bons amis.

Après de nombreuses expéditions dans le passé, quels sont vos nouveaux projets ?

Le prochain projet est de passer mon permis de navigation ! Après 45 ans de montagne, j’aimerais bien voir la mer.

Informations générales sur les guides de montagne

Gravir des pentes vierges à ski de randonnée, admirer des panoramas de montagne uniques et profiter des paysages montagneux. La plupart des amoureux de la neige et de la nature partent en montagne de leur propre chef et espèrent découvrir des panoramas prometteurs, une nature unique et si possible une descente dans une poudreuse intacte. Pourtant, la plupart des skieurs de randonnée n’ont pas conscience de l’importance d’un guide de montagne ou des avantages d’une randonnée à ski guidée. Grâce à l’expérience des professionnels, à une connaissance approfondie du terrain et à une formation spécifique, les randonnées guidées en montagne ne promettent pas seulement la sécurité et l’orientation, elles permettent également aux amoureux de la nature de découvrir des points de vue uniques, des endroits cachés et des pentes de neige profonde fabuleuses et à l’abri des avalanches. L’option d’un guide de montagne devrait donc être définitivement envisagée lors de votre prochaine randonnée à ski.

Arrivés au sommet, les randonneurs à ski découvrent des panoramas impressionnants.

Formation de guide de montagne

La formation de guide de montagne et de ski diplômé d’État se compose, comme pour la plupart des apprentissages, d’une combinaison de pratique et de théorie. Pour être admis à cette formation exigeante, il faut prouver ses compétences polyvalentes en rocher, en glace et en ski en passant trois examens d’aptitude. Ce n’est qu’après avoir passé ces examens que les aspirants peuvent commencer la formation proprement dite.

La formation, d’une durée d’environ trois ans, se compose de points forts théoriques et pratiques. Elle peut se dérouler de manière fixe ou selon une planification individuelle. En plus de la « technique de guidage dans tous les terrains alpins » et de la « didactique et méthodologie de la transmission des connaissances », les aspirants acquièrent des connaissances théoriques approfondies. Une grande partie du contenu est consacrée aux thèmes du rocher, de la glace et de l’hiver. En outre, un stage d’au moins 36 jours est prévu au cours de la formation. Ce stage doit être effectué dans une école de montagne et de ski. Les aspirants y acquièrent une expérience pratique et profitent des connaissances des guides de montagne et de ski expérimentés. Chaque bloc d’études se termine par un examen portant sur la technique de guidage, l’enseignement et les compétences personnelles. Si l’aspirant réussit tous les examens de la formation, il est admis à l’examen d’État de guide de montagne et de ski. En l’espace de deux jours, l’aspirant admis doit démontrer ses connaissances techniques théoriques lors de cet examen.

La formation de guide de montagne et de ski diplômé d’État dure environ trois ans.

A l’issue de l’examen final, le guide de montagne et de ski fraîchement diplômé possède toutes les compétences pour garantir aux futurs clients l’accomplissement du bien-être, du plaisir et de la sécurité lors de randonnées guidées à pied ou à ski. Il obtient également les certificats « UIMLA International Mountain Leader » ou « IVBV guide de montagne », qui sont les seuls reconnus par le VDBS (Association des guides de montagne allemands) pour l’encadrement commercial en montagne.

Les raisons d’une excursion avec un guide de montagne

De nombreux amoureux de la neige et de la nature se demandent si leur randonnée doit être accompagnée par un guide de montagne et si cela en vaut la peine. Bien sûr, il est plus avantageux de s’essayer à la montée seul, mais une chose est sûre : un guide de montagne qui guide le groupe en toute sécurité à travers un paysage hivernal de rêve apporte une expérience et des connaissances qui élèvent la randonnée à ski à un autre niveau.

Le proverbe « On n’a jamais fini d’apprendre » résume parfaitement ce qui rend l’accompagnement d’un guide de montagne si précieux, car les guides de ski et de montagne permettent aux amoureux de la neige de s’aventurer en randonnée à ski sur un nouveau terrain qu’ils auraient probablement évité seuls. La conquête de l’itinéraire devient alors une expérience exigeante et unique. Les professionnels de l’alpinisme connaissent de nombreux itinéraires alternatifs, des raccourcis et des escalades qu’il serait impossible de trouver seul. De plus, des guides de montagne conduisent le groupe vers de fabuleuses descentes dans la poudreuse. Après une montée difficile, la descente sur une neige poudreuse légère est une récompense qui vaut le détour.

Pendant une randonnée à ski, le guide de montagne offre aux clients un guidage professionnel, la sécurité ainsi que l’orientation nécessaire dans la neige.

Les débutants et les novices en particulier, mais aussi les randonneurs expérimentés et les professionnels, doivent s’attacher à planifier soigneusement leur itinéraire avant de l’emprunter. Cela inclut le choix de l’itinéraire, les prévisions météorologiques et d’enneigement, la longueur et la durée de la randonnée ainsi que les zones dangereuses. Si vous faites appel à un guide de montagne, vous n’avez pas besoin de prendre toutes ces précautions, car le sportif spécialisé se charge de cette partie indispensable. De plus, les guides de montagne disposent généralement d’une sélection d’équipements de location qui facilitent l’initiation des débutants, notamment lors de leurs premières randonnées. Des skis de randonnée adaptés et des bâtons de ski de la bonne longueur sont indispensables pour une randonnée réussie.

En plus d’un encadrement professionnel qui assure la sécurité et l’orientation des clients dans la neige, les guides de montagne transmettent également des informations historiques et des légendes. Les guides de montagne qui travaillent depuis des années dans une région donnée connaissent chaque pierre et chaque sommet. Cela permet non seulement de vivre des expériences uniques, mais aussi de faire découvrir la région sous un autre angle aux amoureux de la nature et de la neige.

Bien que l’utilisation correcte des bâtons et la technique nécessaire puissent être facilement expliquées par des randonneurs expérimentés, un coaching en direct par un guide de montagne diplômé d’État est imbattable. L’oeil entraîné voit tout. Ainsi, de simples conseils et astuces de la part d’un spécialiste peuvent faciliter grandement la montée dans la neige et amener vos compétences à un tout autre niveau.

Le coût

Le coût d’une randonnée à pied ou à ski avec un guide de montagne varie en fonction du nombre de personnes, de la région, de la durée et de la difficulté. Si le nombre de personnes augmente, le coût total d’un guide augmente, mais le prix par personne diminue. En Allemagne, par exemple, le coût d’un guide de montagne pour trois ou quatre personnes peut s’élever à environ 250 euros chacun, tandis qu’une personne seule peut également payer environ 650 euros pour une randonnée à ski accompagnée en solo.

Lors de l’assemblée générale des guides de montagne et de ski 2021 en Autriche, un prix indicatif a été fixé pour les guides de montagne et de ski. Le tarif journalier est donc de 480 euros et le prix total est augmenté de 20% pour chaque personne supplémentaire. Les différences de prix sont justifiées par l’échelle classique de l’UIAA. L’échelle est formulée en lettres romaines et décrit la difficulté d’un itinéraire. Plus une randonnée est jugée difficile, plus le prix est élevé. La traversée du Watzmann, d’une difficulté de II, a donc un prix plus bas, avec un tarif journalier d’environ 500 euros, que la traversée « Berglerrinne », d’une difficulté de III, avec un tarif journalier d’environ 700 euros. En Suisse, le tarif journalier a été fixé entre 650 CHF et 850 CHF. Là encore, les coûts varient en fonction de la longueur de l’excursion, du nombre de clients et de la difficulté de l’itinéraire.

La durée moyenne d’une excursion d’une journée est d’environ quatre à cinq heures. Cependant, des excursions de deux ou plusieurs jours sont également proposées. Si l’excursion dure plusieurs jours, le prix de l’excursion augmente naturellement aussi.

Les coûts d’une randonnée à ski varient et dépendent du nombre de personnes, de la région, de la durée et de la difficulté.

Envie d’une excursion avec un guide de montagne ? Pour les amoureux de la neige qui souhaitent déjà se familiariser avec le thème des randonnées à ski, SnowTrex a déjà résumé ici toutes les informations importantes concernant les randonnées à ski.

FAQ sur le guide de montagne

Combien gagne un guide de montagne ?

Le tarif journalier des guides de montagne varie en fonction de la région et du pays. En moyenne, il se situe autour de 500 euros.

Comment appelle-t-on un guide de montagne ?

Les guides de montagne sont appelés alpinistes. Dans le cadre de la formation de guide de montagne, ils sont toutefois appelés « aspirants » ou « aspirantes ».

Combien de guides de montagne y a-t-il en Autriche ?

Au total, l’Autriche compte environ 1 500 guides de montagne et 30 guides femmes. Quel est le coût de la formation de guide de montagne ? Le coût d’une formation dépend du pays. En Allemagne, il faut compter entre 10 000 et 15 000 euros.

A quoi sert un guide de montagne ?

En plus d’un guidage professionnel qui offre aux clients à la fois la sécurité et l’orientation, le guide de montagne se charge en outre de planifier soigneusement la randonnée, connaît de nombreux itinéraires alternatifs et raccourcis et donne des conseils et des astuces simples sur la bonne technique.

Combien de temps dure la formation de guide de montagne ?

En moyenne, la formation de guide de montagne dure trois ans. Cependant, en raison de la possibilité d’une planification individuelle ainsi que de la nécessité de stages, la durée de la formation peut varier.

Quels certificats les guides de montagne reçoivent-ils à la fin de leur formation ?

Les certificats UIMLA International Mountain Leaderu ou IVBV guide de montagne sont décernés à la fin de la formation. Selon le VDBS (Association des guides de montagne allemands), ils sont les seuls reconnus pour les guides commerciaux en montagne.

De quoi dépend le prix d’une visite guidée en montagne ?

Le coût d’une visite guidée en montagne varie en fonction du nombre de personnes, de la région, de la durée et de la difficulté de la visite.

Quels sont les contenus de la formation de guide de montagne ?

La formation de guide de montagne se compose de points forts théoriques et pratiques. Outre la technique de guidage dans tous les terrains alpins et la didactique et la méthodologie de transmission des connaissances, les aspirants acquièrent en outre une compréhension globale des arrière-plans théoriques.

Val Cenis – Ce que font les stations de ski pour les sports d’hiver durables

Dans un monde qui évolue rapidement et où le changement climatique laisse des traces ...

Sensations fortes : 5 ponts suspendus spectaculaires dans les Alpes

Des vues à couper le souffle en hauteur : c’est ce que garantissent les ponts ...

$stickyFooter