Le plaisir parfait du ski – grâce aux protections dorsales

22 février 2023 - SnowTrex

Pour un grand nombre de personnes, le ski ou le snowboard est le plus beau des loisirs mais cela peut parfois aller très vite. Ainsi, lors de la descente des pistes, il est possible d’atteindre des vitesses équivalentes à celles d’une voiture. Les conséquences d’une chute peuvent être très graves. Les protections spécialement conçues pour le dos aident à protéger cette zone sensible du corps humain. SnowTrex s’est entretenu avec Thomas Gabriel au sujet des protections dorsales. Passionné de ski et de snowboard, il a fait de son hobby son métier et est responsable de la presse et de la rédaction chez helmexpress.com, fournisseur de vêtements de sports d’hiver.

Protection par un protecteur dorsal : pouce levé dans la neige.

Monsieur Gabriel, les protections dorsales ne restreignent-elles pas la liberté de mouvement ?

Il n’y a pas si longtemps, les protections dorsales étaient plutôt mal vues par les amateurs de sports d’hiver en raison de leur poids et de leur forme encombrante, car elles restreignaient en fait surtout la liberté de mouvement. Les protections dorsales modernes possèdent toujours leurs propriétés protectrices, mais elles sont aujourd’hui composées de matériaux beaucoup plus souples et légers, qui permettent une liberté de mouvement totale et ne se font guère remarquer par leur poids. Les protections dorsales pour snowboarders, skieurs et skieurs de fond ne sont pas seulement recommandées, elles sont également très bon marché. Des modèles simples sont déjà disponibles dans le commerce à partir d’environ 30 euros.

Les protections dorsales modernes ne limitent pratiquement pas la liberté de mouvement et conviennent donc aussi parfaitement aux freestylers.

Quelle est la différence entre les protecteurs durs et les protecteurs souples ?

Les désignations supplémentaires « dur » et « soft » indiquent déjà quelles sont les caractéristiques déterminantes des deux groupes de protecteurs. Les protections souples sont généralement conçues comme des gilets avec fermeture éclair, qui disposent d’un rembourrage supplémentaire au niveau du dos. Selon le modèle, ce rembourrage peut aller de la nuque jusqu’au coccyx. Les protections souples doivent être portées directement sur les sous-vêtements de ski afin d’être en contact le plus étroit possible avec le corps. Ce n’est qu’ainsi que l’énergie de l’impact peut être absorbée de manière optimale en cas de chute.

Les protections rigides, quant à elles, sont composées de plaques en plastique solides qui fonctionnent comme un bouclier de protection. Cette forme de protection dorsale se compose de plusieurs éléments reliés entre eux. Ils sont équipés de sangles de poitrine, d’épaules et de hanches et peuvent également être portés par-dessus la combinaison de ski ou la veste de ski. Les protections rigides conviennent surtout aux skieurs et snowboarders qui atteignent des vitesses élevées lors de leurs descentes. Grâce aux matériaux solides, les branches pointues ou les bâtons de ski ne peuvent pas pénétrer en cas de chute, tandis que le plastique amortit efficacement l’énergie de la chute et évite les écorchures étendues.

Pour les amateurs de sports d’hiver qui atteignent des vitesses élevées sur ou en dehors des pistes, il est recommandé d’utiliser un protecteur dorsal dur.

À quoi les acheteurs de protections dorsales doivent-ils faire attention ?

L’ajustement précis de la protection dorsale est très important pour une protection efficace. Un glissement des protections pourrait non seulement compromettre la protection dorsale, mais aussi la liberté de mouvement du sportif. En règle générale, ce risque n’existe pas avec les protections souples. Néanmoins, tout comme les protections rigides, elles doivent absolument être essayées avant l’achat. Ils ne doivent être ni trop larges ni trop serrés. Les ceintures réglables des protections rigides permettent bien entendu de régler ce point.

La protection dorsale doit offrir une protection optimale et être confortable.

En outre, le confort de port est une priorité absolue, en plus de l’effet protecteur. Pour les protections rigides, on peut par exemple veiller à ce que les différents éléments possèdent une certaine flexibilité afin qu’ils s’adaptent aux contours du corps. De même, une aération ne doit pas manquer. Pour les protections souples, des tissus respirants dans le revêtement et le rembourrage assurent dans le meilleur des cas une circulation de l’air adéquate.

Existe-t-il des dispositions auxquelles les fabricants doivent se conformer ?

Tout comme pour les casques de ski, il existe une norme européenne pour les protections dorsales, qui garantit par ses prescriptions que les produits répondent aux exigences. Pour les casques de ski, il s’agit de la norme EN 1621-1 (2). Le point le plus important de la norme EN 1621-1 (2) est l’absorption de l’énergie d’impact. Pour ce faire, la norme prévoit plusieurs tests d’impact que le modèle concerné doit passer pour atteindre les exigences de la norme. La norme EN 1621-1 (2) se base sur l’expérience acquise dans le domaine de la compétition moto, pour laquelle elle a été créée à l’origine. Ce n’est que plus tard qu’elle a été étendue aux sports d’hiver. Comme pour les casques de ski, les protections dorsales sont divisées en deux classes de protection qui correspondent aux risques potentiels respectifs.

En cas de chute sur ou en dehors des pistes, une protection dorsale amortit fortement le choc.

Quelle est la durée de vie d’une protection dorsale ?

Comme presque tous les plastiques courants, les composants correspondants des protections dorsales sont également soumis aux influences des rayons UV et du froid. Deux choses que l’on rencontre de plus en plus dans les stations de sports d’hiver. Il est conseillé de remplacer une protection dorsale après environ 5 à 7 ans. Si la protection dorsale n’est pas utilisée, elle doit être stockée à l’abri de la lumière et du froid, par exemple dans un sac de sport.

La neige profonde est molle. Il est néanmoins recommandé de porter une protection dorsale. Ainsi, les amateurs de sports d’hiver sont mieux protégés des pierres et des branches en cas de chute.

FAQ sur les protections dorsales

Que sont les protections dorsales ?

Les protections dorsales aident à stabiliser le dos en ski ou en snowboard et à le protéger, notamment en cas de chute. On distingue les protections souples et les protections rigides. Les protections souples sont des gilets rembourrés dans le dos et dotés d’une fermeture éclair. Les protections rigides sont constituées de plaques en plastique solides.

A-t-on besoin d’une protection dorsale ?

Les protections dorsales ne sont pas obligatoires sur les pistes. Mais grâce à leur fonction de stabilisation et de protection, elles peuvent donner aux sportifs d’hiver un sentiment de sécurité sur les pistes et les protéger en cas de chute. Les amateurs de sports d’hiver qui aiment skier à grande vitesse n’hésitent pas à utiliser une protection dorsale.

Ai-je besoin d’une protection souple ou rigide ?

Les protections rigides conviennent surtout aux skieurs et snowboarders qui aiment skier vite. Les protections souples conviennent à tous ceux qui souhaitent protéger davantage leur dos.

Les protections dorsales limitent-elles la liberté de mouvement ?

De nos jours, les protections dorsales sont composées de matériaux plus souples et plus légers qu’auparavant, ce qui permet une liberté de mouvement totale.

Combien coûte une protection dorsale ?

Les modèles simples sont disponibles à partir de 30 euros. Comme souvent, le prix est ouvert vers le haut.

Où acheter une protection dorsale ?

Il est préférable d’acheter une protection dorsale dans un magasin de sport.

Prendre le télésiège en toute sécurité

Alors que les premiers téléskis permettaient de transporter confortablement les ...

Skier au printemps – Quelles sont les stations de ski ouvertes ?

Beaucoup de neige, du soleil à profusion, une bonne visibilité, pas trop froid : ...

$stickyFooter