Après-ski : Un plaisir responsable après les pistes

6 avril 2023 - SnowTrex

L’après-ski fait partie des sports d’hiver comme les bâtons font partie des skis, mais ce qui a commencé il y a une centaine d’années comme un moment de convivialité après le ski dégénère chez certains en de sauvages excès d’alcool. Cela peut avoir des conséquences non seulement physiques, mais aussi juridiques. Cependant, ni les accidents graves ni les procès coûteux ne sont nécessaires si les amateurs de sports d’hiver abordent l’après-ski de manière responsable. SnowTrex montre comment cela est possible.

Pour beaucoup, l’après-ski fait partie intégrante des vacances de ski !


De la solide soupe de pommes de terre à la fête endiablée

L’après-ski désigne le programme de divertissement des stations de ski le soir. Les origines de l’après-ski remontent au milieu du 19ème siècle. Dans le Telemark norvégien, la tradition de s’asseoir ensemble après la journée sur les pistes s’est imposée. La plupart du temps, les gens se retrouvaient pour dîner avec des amis dans leur propre maison. Un repas d’après-ski typique à cette époque était une bonne soupe de pommes de terre, accompagnée de l’aquavit obligatoire.

Quelques décennies plus tard, la coutume a atteint les Alpes. en 1893, le Ski Club de Glaris en Suisse a proposé pour la première fois un programme d’après-ski. Cela a tellement plu aux amateurs de sports d’hiver que le programme de divertissement du soir s’est rapidement répandu dans toute la région alpine.De nos jours, l’après-ski va des restaurants aux discothèques en passant par les bars après-ski et la musique live avec les meilleurs hits. Les amateurs de sports d’hiver peuvent choisir parmi une offre variée qui propose tout ce dont ils ont envie, du dîner agréable à la fête endiablée jusqu’au petit matin. L’après-ski est un bon moyen de rencontrer d’autres amateurs de sports d’hiver, de se détendre après un sport épuisant et, bien sûr, de s’amuser tout simplement.

Des plats consistants devraient permettre d’établir une base correcte avant de faire la fête.

Mais l’après-ski, c’est aussi beaucoup d’alcool. La consommation élevée d’alcool peut avoir de graves conséquences. Les skieurs avec la gueule de bois ou même ivres peuvent causer de graves accidents.Selon les enquêtes du Kuratorium für Verkehrssicherheit, même 20% des skieurs sont sur les pistes avec une alcoolémie supérieure à 0,5 pour mille. Cela entraîne non seulement des blessures inutiles, mais peut aussi, dans certaines circonstances, faire l’objet de poursuites pénales.

L’alcool sur les pistes est un danger pour soi-même et pour les autres

Chacun devrait être conscient des conséquences de la consommation d’alcool sur le corps. D’une part, on se met soi-même en danger. L’alcool peut par exemple entraîner une hypothermie plus rapide, car il dilate les vaisseaux sanguins. Cela signifie que le sang circule plus vite et que le corps dégage donc plus de chaleur. Sous l’influence de l’alcool, on ne remarque donc pas aussi vite que l’on a froid.

Même sur les pistes : Don’t drink and drive !

L’alcool déshydrate aussi le corps. Cela provoque de la fatigue et diminue la vigilance. De plus, les gens agissent plus imprudemment sous l’influence de l’alcool, car il diminue la conscience des risques. Enfin, sous l’influence de l’alcool, la capacité de coordination et de concentration est fortement diminuée. Dans les situations dangereuses, on ne peut pas réagir assez vite, ce qui entraîne des chutes et des accidents.

L’alcool affecte également notre vision, car nos yeux envoient des informations au cerveau. Celui-ci forme à son tour une image 3D qui nous permet non seulement de reconnaître l’objet, mais aussi d’obtenir des informations sur les dimensions et la distance. En ski, ces informations sont importantes pour coordonner la conduite sur les pistes sans accident. L’alcool perturbe ce processus très complexe, ce qui fait que nous ne voyons plus les choses avec précision ou de manière floue. Comme pour la conduite automobile, l’alcool est donc un risque pour la sécurité sur les pistes.

Skier en état d’ébriété n’est pas un délit, mais cela peut avoir des conséquences juridiques

C’est pourquoi la Fédération internationale de ski (FIS) est très claire dans ses directives : les sportifs d’hiver doivent faire preuve de prudence et de considération sur les pistes. La première règle de la FIS stipule que les sportifs d’hiver doivent se comporter de manière à ne pas mettre en danger ni eux-mêmes ni les autres. La deuxième règle exige que la conduite soit toujours contrôlée. Ceux qui skient en état d’ébriété ne font généralement pas les deux et enfreignent donc les règles de la FIS.

Les règles de la FIS stipulent que les sportifs d’hiver doivent se comporter de manière à ne mettre en danger ni eux-mêmes ni les autres.

Mais bien que ces règles s’appliquent aux sportifs d’hiver dans le monde entier, elles ne constituent pas une loi. Ainsi, contrairement à la conduite automobile, skier en étant ivre n’est pas un délit. Il peut y avoir des conséquences, par exemple l’expulsion de la piste, mais il n’est pas illégal de boire de l’alcool ou de skier en étant ivre. Par ailleurs, en cas d’accident, les règles de la FIS sont appliquées lors d’un procès et la consommation d’alcool est prise en compte dans la détermination de la responsabilité.

Par conséquent, si un accident se produit et que quelqu’un porte plainte, cela peut avoir des conséquences tant au niveau civil que pénal. Si le tribunal décide que le skieur a fait preuve de négligence en consommant de l’alcool et qu’il a enfreint les directives de la FIS, il se peut qu’on lui attribue l’entière responsabilité.

Par exemple, la Cour d’appel de Munich a décidé en 2011 qu’en plus du non-respect de plusieurs règles de la FIS, la forte consommation d’alcool du skieur concerné avait entraîné un accident avec une dameuse et qu’il était donc responsable de l’accident.

Un après-ski responsable

Que signifie tout cela pour le comportement après-ski ? Faut-il éviter de boire du tout ? Comme pour beaucoup de choses, tout dépend de la mesure : Celui qui commence son après-ski avec un ou deux verres au petit déjeuner et qui se rend ensuite sur les pistes agit manifestement de manière irresponsable. La règle est la suivante : quand on skie, on ne boit pas.

Si vous êtes sur les pistes, ne touchez pas à l’alcool.

Mais pour l’après-ski après la journée de ski, un ou deux verres sont tout à fait acceptables. Ce n’est bien sûr qu’une directive approximative. En effet, la quantité d’alcool qui est trop importante dépend principalement des facteurs suivants : Le sexe, la quantité d’alcool, le type de boisson et le contenu de l’estomac.

Les femmes supportent moins l’alcool que les hommes

Les femmes supportent moins l’alcool que les hommes. Cela est dû au fait que la part de graisse dans le corps est plus élevée chez les femmes et que la part de liquide est en même temps plus faible que chez les hommes. Comme la graisse n’absorbe pas l’alcool, l’alcool est réparti sur moins de liquide chez les femmes. Par conséquent, la concentration d’alcool dans le sang est plus élevée, même si une femme pèse autant qu’un homme.

Tous les alcools ne se valent pas

La rapidité avec laquelle l’alcool monte à la tête dépend aussi du type de boisson. Il faut par exemple faire attention aux cocktails ainsi qu’aux boissons alcoolisées chaudes très appréciées après le ski, comme le vin chaud, le thé du chasseur ou le café suisse typique Lutz.

En effet, l’alcool chaud pénètre un peu plus rapidement dans la circulation sanguine que l’alcool froid et monte donc plus vite à la tête. A cela s’ajoutent les substances sucrées qui sont ajoutées aux boissons alcoolisées chaudes et aux cocktails. Ceux-ci font également en sorte que l’alcool arrive plus rapidement dans le sang. Un autre danger est que les boissons mélangées sucrées masquent le goût de l’alcool et que l’on boit donc inconsciemment plus.

L’effet de l’alcool varie fortement en fonction de la boisson.

Il existe bien sûr des différences entre les boissons alcoolisées qui ne sont pas mélangées. Ainsi, un verre de bière contient moins d’alcool (environ 5 % d’alcool) qu’une tasse de vin chaud (jusqu’à 14,5 %). Mais en fin de compte, c’est la quantité d’alcool qui est le facteur déterminant pour le taux d’alcool dans le sang et la manière dont il est absorbé par la nourriture dans l’estomac.

Créer une base

Même si l’après-ski a traditionnellement lieu avant le dîner, vous pouvez tout simplement inverser les rôles. Après tout, il y a du vrai dans l’expression « créer une base » avant de boire. Si vous mangez un repas gras et riche en calories avant de boire, l’alcool aura plus de mal à pénétrer dans le sang. Il peut s’agir par exemple d’une fondue au fromage, de plats de pâtes ou même de pommes de terre sautées.

Une fondue au fromage est une excellente base pour une nuit de fête.

Pendant la fête de l’après-ski, il est également recommandé de boire un verre d’eau après chaque verre d’alcool. L’alcool passe ainsi plus lentement dans le sang et on évite la déshydratation typique due à l’alcool. De petits en-cas comme des noix ou une soupe aident également le corps à mieux traiter l’alcool.

Malgré toutes les précautions, il faut toujours veiller à ne pas conduire en ayant bu de l’alcool. Car cela est punissable et dangereux partout. Un verre de vin chaud peut déjà être de trop. En cas de doute, il est plus sûr de laisser la voiture et de rentrer à l’hôtel en taxi. Certains lieux d’après-ski proposent un service de navette pour rentrer à l’hôtel, cela peut aussi être une bonne alternative pour rentrer chez soi.

Sur les pistes, la loi nationale s’applique

Mais que se passe-t-il si, malgré toutes les précautions, vous êtes en état d’ébriété sur les pistes et qu’un accident se produit ? Les conséquences pénales concrètes de la consommation d’alcool ou le montant des dommages et intérêts sont évalués selon le droit national.

Comme les règles de la FIS sont internationales, les juges du monde entier s’y réfèrent pour déterminer les responsabilités en cas d’accident. En outre, les sanctions dépendent toujours du cas et des circonstances spécifiques.

Les règles de la FIS s’appliquent sur les pistes.

Ainsi, le taux d’alcool dans le sang est évalué, le type et la gravité des dommages ainsi que le comportement exact des sportifs d’hiver qui a conduit à l’accident en question. Ici, le droit civil et le droit pénal font la distinction entre différents niveaux de négligence.

Par exemple, en droit pénal allemand, la « négligence consciente » signifie que la personne savait dès le départ qu’elle pouvait causer des dommages, mais qu’elle n’a pas pour autant interrompu son action. Dans le cas de la « négligence inconsciente », on part du principe que la personne qui a causé le dommage n’avait pas de mauvaises intentions et qu’elle ne savait pas qu’un accident aurait pu se produire. Celui qui agit avec préméditation veut même délibérément causer des dommages à d’autres personnes. Ces degrés de négligence varient entre le droit pénal et le droit civil ainsi que selon le pays.

En Suisse, les citoyens suisses peuvent par exemple voir certaines prestations d’assurance réduites. En cas d’auto-accident, l’assurance d’indemnités journalières est réduite. Si d’autres personnes sont blessées, l’assurance responsabilité civile privée est réduite et le responsable de l’accident doit payer les dommages de sa propre poche.

En Allemagne, les accidents sur les pistes de ski sous l’influence de l’alcool peuvent même entraîner des peines de prison allant jusqu’à dix ans, en plus des dommages et intérêts civils.

Skier en état d’ébriété est sévèrement puni en cas d’accident.

En Italie, où la police est responsable de la sécurité sur les pistes, la conséquence la plus courante pour le ski en état d’ébriété sans accident est une amende. De plus, les agents veillent à ce que les amateurs de sports d’hiver en état d’ébriété soient accompagnés en toute sécurité hors des pistes.

Cependant, la plupart des exploitants de pistes et même la police sont contre les contrôles d’alcoolémie ou les interdictions de consommer de l’alcool en skiant. En fait, les accidents de ski provoqués par des sportifs d’hiver ivres sont très rares. Cela est dû à l’amélioration des pistes et de l’équipement, mais aussi et surtout à la prise de conscience croissante de la santé et de la responsabilité des amateurs de sports d’hiver. C’est pourquoi les exploitants de pistes et la police préfèrent se limiter à des contrôles aléatoires lorsque quelqu’un a manifestement trop bu.

La gueule de bois : le danger négligé

Mais à côté de cette focalisation sur le ski en état d’ébriété, un autre danger est souvent négligé : la gueule de bois le lendemain matin. Bien sûr, tous ceux qui le souhaitent peuvent faire la fête pendant une nuit. Mais dans ce cas, il faut aussi savoir que le lendemain, il ne faut pas aller sur les pistes. Car même ceux qui skient après une nuit d’ivresse mettent leur vie et celle des autres en danger. La « gueule de bois » du lendemain matin est souvent sous-estimée. En fait, la « gueule de bois » influence aussi le corps et le cerveau.

La consommation d’alcool en dehors des pistes peut également avoir des conséquences désastreuses.

Les boissons alcoolisées contiennent, en plus de l’éthanol, des alcools dits supérieurs, qui sont encore plus toxiques et restent plus longtemps dans le corps. Lors de la « gueule de bois », le corps traite encore ces alcools supérieurs. Cela entraîne de la fatigue, des douleurs dans le cou et le dos ainsi que des maux de tête et des nausées. Le ski n’est pas seulement désagréable, il affecte aussi la concentration. Les accidents peuvent donc se produire beaucoup plus rapidement. Il est donc plus sûr pour tout le monde de ne pas être sur les pistes.

Mais si vous buvez avec modération, que vous ne dépassez pas vos propres limites et que vous évitez la piste en cas de doute, vous pouvez prendre plaisir à skier et à faire l’après-ski.

L’après-ski doit être bien planifié

Un bon début pour une journée d’après-ski réussie peut être, par exemple, de terminer la journée de ski par un bon dîner. Ensuite, vous pouvez prendre votre temps et commencer par un chocolat chaud ou un thé (avec un peu d’eau).

Pour ceux qui passent ensuite à l’alcool, il faut faire attention aux cocktails ou aux boissons chaudes mélangées et ne pas boire plusieurs verres à la suite. Après le vin chaud, il est recommandé de boire un verre d’eau, puis peut-être un petit snack avant de passer à nouveau à l’alcool. Ainsi, vous ne devez pas renoncer aux délicieuses boissons d’après-ski tout en buvant de manière responsable. Le retour à l’hôtel se fait ensuite en bus, en taxi ou en navette.

Un bon conseil pour l’après-ski est aussi de commencer tôt et de finir tôt. Ainsi, vous aurez suffisamment de sommeil après l’après-ski et vous serez en forme et reposé le lendemain matin pour aller sur les pistes.

Ce qui compte avant tout, c’est que tout soit consommé avec modération !

L’après-ski est une belle tradition pour terminer agréablement une journée sur les pistes. Mais si vous ne voulez pas vous mettre en danger ou mettre les autres en danger, vous pouvez aussi consommer de l’alcool avec modération. Il n’y a rien de mal à boire deux ou trois verres de bière après le ski, mais les excès d’alcool peuvent facilement entraîner des accidents, même le lendemain, et même avoir des conséquences pénales. La règle est donc la suivante : si vous buvez avec modération, vous aurez plus de plaisir !

FAQ sur l’après-ski

D’où vient l’après-ski ?

L’après-ski vient du français et se traduit par « après le ski ». Il s’agit donc d’un moment de convivialité après le ski. La tradition remonte au 19e siècle et a commencé dans le Telemark norvégien.

Quels sont les dangers de boire de l’alcool et de skier ?

L’alcool affecte plusieurs fonctions du corps et du cerveau. Nous voyons moins bien, notre coordination diminue, nous ne sommes pas concentrés et nous surestimons rapidement nos capacités. Tout cela augmente la probabilité d’avoir un accident sur les pistes. On peut ainsi se blesser soi-même, mais aussi les autres.

Skier en étant ivre est-il illégal ?

Non. Contrairement à la conduite automobile, il n’y a pas de loi qui réglemente le taux d’alcoolémie au volant. Néanmoins, on se met soi-même et les autres en danger et on enfreint en outre les règles de conduite de la Fédération internationale de ski. En plus, en cas d’accident, le fait de skier en état d’ivresse peut avoir un impact négatif sur la sanction.

Quelles peuvent être les conséquences juridiques du ski en état d’ivresse ?

Si le fait de skier en état d’ébriété entraîne un accident, la culpabilité est établie tant au niveau pénal que civil. Dans le cadre de la procédure pénale, les peines peuvent aller de l’amende à l’emprisonnement. Dans le cadre de la procédure civile, les coupables doivent payer des dommages et intérêts pour le préjudice subi.

Y a-t-il des différences nationales en matière de sanctions ?

La question de la culpabilité dépend du degré de négligence. Celui-ci est défini différemment en droit civil et en droit pénal. En plus, il existe également des différences nationales. Par conséquent, les peines peuvent varier d’un pays à l’autre. Outre l’aspect juridique général, des facteurs individuels tels que le taux d’alcoolémie ainsi que le type et la gravité des dommages sont également pris en compte dans la sanction.

Qu’est-ce qui influence le taux d’alcoolémie ?

La manière dont l’alcool est assimilé dans le sang dépend du sexe, de la quantité d’alcool consommée et du type de boisson. Ce que l’on a mangé auparavant influence également la vitesse à laquelle l’alcool est éliminé. Les femmes atteignent des taux d’alcoolémie plus élevés que les hommes avec des quantités d’alcool plus faibles, l’alcool chaud monte plus vite à la tête et les repas gras et riches en calories assurent une bonne base.

Faut-il renoncer complètement à l’après-ski ?

Non ! L’après-ski fait partie des sports d’hiver et c’est une belle façon de terminer la journée de ski en douceur et de rencontrer d’autres amateurs de sports d’hiver. Il convient toutefois d’être responsable : Si l’on a trop bu, il est préférable de ne pas conduire. Il est également préférable de ne pas skier le lendemain si l’on a la gueule de bois. En outre, la règle suivante sur le comportement s’applique : celui qui skie ne boit pas.

Prendre le télésiège en toute sécurité

Alors que les premiers téléskis permettaient de transporter confortablement les ...

Skier au printemps – Quelles sont les stations de ski ouvertes ?

Beaucoup de neige, du soleil à profusion, une bonne visibilité, pas trop froid : ...

$stickyFooter