Evaluer correctement les conditions de la piste et le niveau de difficulté

4 avril 2023 - SnowTrex

Les balises offrent aux amateurs de sports d’hiver une première orientation sur le degré de difficulté d’une piste, mais les balises seules ne suffisent pas pour évaluer les conditions de la piste. Les amateurs de sports d’hiver devraient également tenir compte d’autres facteurs tels que les conditions météorologiques, l’heure de la journée ou leurs propres capacités avant de s’aventurer sur une piste. SnowTrex montre comment évaluer correctement les conditions des pistes et le niveau de difficulté.

Le temps en montagne n’est pas tout le temps celui que l’on souhaite.


Les balises ne font pas tout

Même si les balises suivent un certain standard, les différences entre les pays montrent déjà qu’elles ne doivent pas être considérées comme des catégories absolues. Il est plus sûr de skier si l’on considère les balises comme des directives. Ils donnent aux amateurs de sports d’hiver une orientation pour ne pas s’aventurer aveuglément en tant que débutant sur une piste dangereuse. Mais en plus de cela, il existe d’autres facteurs importants qui déterminent le niveau de difficulté d’une piste ou les conditions de la piste.

Les marquages colorés au bord des pistes donnent d’une part des informations sur le degré de difficulté de la piste et servent à s’orienter en cas de mauvaise visibilité.

Conditions météorologiques

L’un des facteurs les plus importants est la météo. Les conditions de la piste peuvent varier considérablement en fonction des conditions météorologiques. Le ciel bleu et le soleil offrent une visibilité idéale et rendent le ski facile. Mais le brouillard ou les chutes de neige peuvent tellement réduire la visibilité que même une piste bleue ou verte devient dangereuse, même avec une bonne protection visuelle.

Se déplacer au-dessus de la couverture nuageuse est une expérience merveilleuse. Cependant, traverser la couverture nuageuse n’est pas très agréable, car on ne voit pas très loin.

La neige fraîche et profonde peut aussi rendre les conditions de piste plus difficiles. La neige fraîche est très molle et n’adhère pas autant au sol. D’un côté, cela demande beaucoup de force et de compétences pour ne pas s’enfoncer dans la neige. D’autre part, les bons skieurs skient souvent trop vite dans de telles conditions, car la neige poudreuse permet de glisser particulièrement bien. La vitesse élevée des autres skieurs peut donc être un facteur de risque pour les débutants, c’est pourquoi il est préférable d’emprunter une piste moins difficile si vous ne vous sentez pas en sécurité.

De plus, les températures et le vent peuvent influencer les conditions de la piste. Le facteur vent rend les températures plus froides. Le corps a donc besoin de plus d’énergie pour se maintenir au chaud, ce qui épuise les forces. C’est pourquoi il faut s’aventurer sur des pistes pas trop difficiles lorsqu’il fait particulièrement froid ou venteux. Même si vous en avez les capacités, vous risquez de vous surmener. Celui-ci peut rapidement conduire à la fatigue, au manque de concentration et donc plus facilement à des accidents.

Les températures glaciales peuvent parfois geler la barbe ou les cheveux.

Les chutes de neige peuvent également transformer une piste bleue en une piste à bosses, en accumulant de petites collines avec la neige fraîche. Celles-ci sont très amusantes pour les skieurs expérimentés, mais elles représentent un grand défi pour les amateurs de sports d’hiver inexpérimentés. Les débutants risquent de se blesser. Il vaut mieux contourner les bosses ou trouver une piste qui a déjà été nivelée par une dameuse.

Les fortes chutes de neige gênent la visibilité et compliquent énormément la pratique du ski et du snowboard.

En général, il est important de connaître correctement ses capacités. Si vous pouvez tout juste venir à bout d’une piste bleue dans des conditions idéales, ce n’est pas le cas dans des conditions météorologiques et de visibilité difficiles. Dans ce cas, il faut être honnête et s’évaluer suffisamment bien pour renoncer à la descente en cas de doute. C’est nécessaire parce que les comportements à risque dans le sport entraînent plus d’accidents. De nombreux accidents pourraient être évités si l’on faisait un peu plus attention. Si les conditions deviennent trop difficiles pour tes capacités, il vaut mieux faire une pause. Après tout, c’est aussi très agréable et confortable de regarder la neige tomber au chaud avec un chocolat chaud.

Les règles de conduite de la Fédération internationale de ski est qu’il faut toujours adapter sa conduite aux conditions et à ses propres capacités.

Ses propres capacités

Outre les conditions météorologiques extérieures, les propres capacités sont un facteur important qui contribue au niveau de difficulté d’une piste. Cela ne concerne pas seulement l’expérience en tant que skieur, mais aussi la forme du jour.

Certaines choses sont assez claires : on ne skie pas sur une piste noire quand on est un débutant complet. Mais de nombreuses situations sont une zone grise personnelle. Qu’en est-il d’un débutant avancé sur une piste noire ? S’aventure-t-on en terrain libre en tant qu’amateur de sports d’hiver expérimenté lorsque le niveau de danger est de 3 sur l’échelle des avalanches ? En fait, ce sont justement ces niveaux intermédiaires qui provoquent le plus souvent des accidents. Près de la moitié des accidents mortels d’avalanche se produisent au niveau de danger 3: Le risque le plus élevé réside dans votre propre surestimation.

Ne vous aventurez en aucun cas sur des pentes fermées en raison du risque d’avalanche.

Il est donc plus sûr, par exemple, de faire quelques pistes rouges que l’on se sent clairement capable de faire et de décider ensuite si les compétences sont suffisantes pour la piste noire car beaucoup dépend aussi de la forme du jour : Est-ce que vous avez bien dormi ? Est-ce que vous vous êtes entraîné avant vos vacances de ski ? La soirée d’après-ski était-elle peut-être un peu trop longue ? Tout cela influence la forme physique et mentale. Si vous êtes bien entraîné, vous pourrez descendre une piste noire en pleine forme, même si vous êtes un débutant avancé. En revanche, si vous avez bu trop d’alcool la veille et que vous avez peut-être même la gueule de bois, vous ne pourrez pas vous concentrer correctement et vous risquez d’avoir un accident sur une descente apparemment facile, même si vous êtes un skieur avancé.

Pour de nombreux amateurs de sports d’hiver, l’alcool fait partie intégrante des vacances au ski. Il ne faut pas oublier que skier en état d’ébriété est un « no-go » absolu.

Avant de s’aventurer sur les pistes difficiles, il faut bien réfléchir : Comment je me sens aujourd’hui ? Quel est vraiment mon niveau de ski ? En cas de doute, il est préférable de commencer par une piste plus facile. Après tout, le ski est amusant et ne met en danger ni les autres ni soi-même.

Les capacités personnelles sont donc un facteur à ne pas sous-estimer dans le niveau de difficulté d’une piste. Il s’agit de tes propres capacités, mais aussi de ta forme du jour et de ta condition physique générale. Il est important de passer en revue ces points avant de partir et, en cas de doute, de commencer par une piste plus facile plutôt que de se mettre en danger et de mettre les autres en danger.

Les amateurs de sports d’hiver qui ne savent pas s’ils peuvent emprunter certaines descentes en toute sécurité devraient d’abord choisir une piste alternative.

Les conditions de la piste peuvent changer soudainement

Mais que se passe-t-il lorsque l’on s’engage sur une piste et que l’on se rend compte qu’elle est trop difficile ? Tout dépend des circonstances : Si vous êtes encore au sommet et que vous réalisez que vous ne pourrez peut-être pas descendre sans risque, vous devriez faire demi-tour et redescendre la montagne en téléski.

Si vous êtes déjà sur la piste et que vous réalisez que la pente est trop raide, les techniques de ski peuvent vous aider. Pour cela, il faut placer les deux skis en travers de la pente et parallèlement l’un à l’autre et mettre le poids sur le ski de la vallée. Ainsi, vous glissez vers le bas. Après quelques mètres, vous vous arrêtez en calant le ski de montagne dans la neige. Vous faites cela à tour de rôle et lentement jusqu’à ce que vous arrivez en bas. Cela n’a pas l’air très gracieux, mais c’est la forme la plus sûre pour arriver en bas sans se blesser.

Si les conditions de la piste changent pendant la descente, par exemple en raison d’un changement de temps, cela dépend de l’endroit où l’on se trouve et de l’importance de la visibilité, par exemple. Par exemple, en cas de brouillard, on est vite désorienté et on ne voit souvent plus rien. Dans ce cas, il est préférable de changer directement de terrain, si possible et en toute sécurité. Les pistes avec des arbres et des rochers peuvent vous aider à vous orienter. Si la vallée ou un refuge de montagne se trouvent à proximité, il faut s’y réfugier. Si cela ne fonctionne pas non plus, il faut faire une pause et attendre que les conditions de la piste s’améliorent. Cela vaut également pour les vents trop forts, les fortes chutes de neige ou le brouillard. Mieux vaut prévenir que guérir !

Les conditions météorologiques sur les pistes peuvent changer très rapidement.

Attention, les pistes peuvent aussi changer en l’espace de quelques heures. Si beaucoup de gens skient sur une piste ou si les conditions météorologiques changent, une piste qui était facile à skier le matin peut maintenant être composée de neige très comprimée et donc devenir beaucoup plus dure.

Les pistes raides deviennent plus difficiles à skier au cours de la journée, car de nombreux skieurs ne skient pas sur les carres et poussent donc la neige sur le côté, ce qui peut rapidement transformer une piste plate en une piste à bosses beaucoup plus difficile. Bien que les pistes soient régulièrement nivelées, cela ne se produit que rarement au cours d’une journée d’exploitation. En général, il faut en tenir compte lorsque l’on skie sur toutes les pistes.

Le vent et la météo ainsi que le moment de la journée peuvent influencer le niveau de difficulté d’une piste. Un vent fort qui affecte la visibilité ou une tempête de neige soudaine n’ont rien d’inhabituel en montagne. Mais dans de telles situations, les pistes qui semblaient faciles deviennent soudainement des itinéraires difficiles. En fonction de vos capacités, vous devez soit descendre prudemment vers la vallée, soit faire une courte pause, soit vous mettre en sécurité.

Les conditions des pistes changent aussi avec l’heure du jour. Après avoir été empruntée par un grand nombre d’amateurs de sports d’hiver, une piste peut devenir glacée et vallonnée, ce qui rend les pistes plus difficiles à emprunter l’après-midi.

Sous un ciel bleu et un soleil radieux, la neige fond en partie au cours de la journée et détériore les conditions des pistes.

Faire du ski en groupe

Si vous êtes en vacances de ski avec des amis qui sont plus expérimentés ou qui veulent skier sur des pistes plus difficiles que tes propres capacités ne le permettent, vous pouvez vous sentir dans un dilemme. Vous ne voulez peut-être pas admettre que vous n’êtes pas capable de maîtriser les pistes ou vous ne voulez pas non plus skier seul. Mais dans ce cas, il faut être honnête et admettre que les pistes prévues sont trop compliquées et que vous ne voulez pas vous blesser ou retarder fortement les autres. Le groupe peut ainsi éventuellement se diviser : Une partie skie avec les amis inexpérimentés sur des pistes plus faciles et aide à améliorer les compétences. On peut aussi faire cela à tour de rôle, de sorte que ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui doivent aller sur les pistes plus faciles.

Si le groupe ne le souhaite pas, il est possible d’engager un moniteur de ski et d’améliorer ses propres compétences pendant quelques jours lors d’un entraînement intensif. Ainsi, on apprend très vite, personne n’est obligé de skier sur des pistes trop difficiles ou trop faciles et à la fin des vacances, le niveau est peut-être même au niveau des amis, ce qui permet de faire un tour ensemble.

Mais ce n’est pas une obligation. Ceux qui se sentent trop peu sûrs ou qui ont peur de se blesser préfèrent skier sur des pistes plus faciles. Là aussi, vous pouvez faire de nouvelles connaissances et, en fin de compte, la règle est la suivante : si vous vous sentez en sécurité, vous aurez plus de plaisir sur les pistes !

C’est surtout dans les grands groupes que le niveau de difficulté de l’itinéraire doit être bien choisi.

FAQ sur les conditions de piste et le niveau de difficulté

Quel est le rapport entre la forme du jour et le niveau de difficulté ?

Nos capacités physiques et mentales influencent notre niveau de sécurité et de concentration. Elles devraient donc être prises en compte lors du choix de la piste, indépendamment des capacités ou du balisage. Une personne qui a bien dormi et qui est en forme aura moins de problèmes sur des pistes plus difficiles qu’une personne fatiguée et qui n’est pas en forme.

Que faire lorsque la piste est trop difficile ?

On peut soit redescendre directement en télésiège ou en télécabine, soit, si le niveau le permet, utiliser la technique de la glisse pour descendre prudemment au bord de la piste. Si les conditions extérieures changent en cours de route, il faut soit se mettre en sécurité, soit changer de terrain, soit s’arrêter et attendre que les conditions météorologiques s’améliorent.

Pourquoi les conditions de piste changent-elles au cours d’une journée ?

Plus il y a de skieurs sur une piste, plus la neige est comprimée. Ainsi, les pistes deviennent plus glacées et plus difficiles à skier, surtout l’après-midi. Ceci est particulièrement vrai pour les pistes raides. En plus, les pistes ne sont généralement nivelées qu’une seule fois au cours d’une journée d’exploitation, généralement pour le matin.

Que faire lorsque des amis skient sur des pistes plus difficiles que les vôtres ?

Le groupe peut se diviser en un groupe de débutants et un groupe de skieurs confirmés et aider ainsi les membres inexpérimentés. Une autre possibilité est d’engager un moniteur de ski et d’améliorer ses propres compétences indépendamment du groupe. En principe, il ne faut pas skier sur des pistes trop difficiles pour ne pas mettre en danger ni soi-même ni les autres.

Prendre le télésiège en toute sécurité

Alors que les premiers téléskis permettaient de transporter confortablement les ...

Skier au printemps – Quelles sont les stations de ski ouvertes ?

Beaucoup de neige, du soleil à profusion, une bonne visibilité, pas trop froid : ...

$stickyFooter