Skier en toute sécurité dans des conditions de visibilité difficiles

13 février 2024 - SnowTrex

La journée commence avec le soleil, vers midi le vent se lève et l’après-midi la neige tombe. En montagne, de tels changements de temps sont tout à fait normaux. De plus, les conditions de visibilité peuvent changer extrêmement rapidement, rien qu’en raison de l’altitude, et passer du nuageux au brouillard ou au soleil. Les skieurs doivent d’autant plus s’adapter aux conditions de visibilité changeantes pour être toujours en sécurité. SnowTrex a réuni quelques conseils qui aident à comprendre les différentes conditions et à adapter le comportement de conduite en conséquence.

En montagne, le temps peut changer rapidement.


Qu’il fasse soleil ou qu’il y ait du brouillard : toujours être préparé pour aller sur les pistes

Cependant, la sécurité sur les pistes ne dépend pas seulement des conditions extérieures. La sécurité commence par votre propre préparation. Plus vous êtes reposé et en forme, plus votre capacité de concentration est élevée. En étant attentif, on se protège soi-même et les autres.

Une bonne préparation implique aussi de bien connaître le terrain et les pistes. Si le temps change soudainement et que le ski devient trop dangereux, vous pouvez vous mettre en sécurité plus rapidement.

Avant de partir sur les pistes, il faut toujours vérifier le bulletin météo. Il contient non seulement des informations importantes sur les températures et les conditions météorologiques, mais aussi sur les conditions de visibilité. Les applications météo pour skieurs comme iSki ou Bergfex offrent également une bonne vue d’ensemble. En général, il faut aussi vérifier le bulletin d’avalanche avant de partir.

Il est avantageux de connaître le domaine skiable lorsque le temps change et que les conditions de visibilité se dégradent soudainement.

Même dans des conditions idéales, faites attention !

Une fois sur les pistes, la plupart des skieurs souhaitent avoir ce qu’on appelle des conditions idéales. Cela inclut le soleil pour une visibilité parfaite, des températures ni trop froides ni trop chaudes et, de préférence, une couche de poudreuse fraîche pour une descente plus qu’agréable.

Mais ces conditions parfaites peuvent aussi inciter à l’imprudence et donc à des accidents plus rapides. Comme il est facile de skier dans la poudreuse, beaucoup de skieurs skient à grande vitesse. La bonne visibilité peut aussi inciter à ne pas faire attention. De plus, les pistes sont particulièrement encombrées dans ces conditions. Tout cela peut conduire à des accidents et des blessures plus rapidement que le ski dans des conditions de faible visibilité, parce que les gens sont généralement plus prudents quand la visibilité est faible.

Par beau temps, la piste est souvent pleine. La prudence et les égards sont de mise.

C’est pourquoi, même lorsque la visibilité est parfaite, il faut toujours rouler avec prudence, attention et considération et, de préférence, ralentir le rythme. Non seulement vous êtes plus en sécurité, mais vous pouvez aussi mieux profiter du panorama.

Skier par grand soleil

Mais un beau soleil ne signifie pas seulement une vue imprenable sur les paysages montagneux. Lorsque les rayons du soleil frappent la neige blanche, la lumière du soleil se reflète si fortement que l’on est vite ébloui.

Cela réduit fortement la visibilité et est également dangereux pour les yeux. La lumière directe du soleil peut par exemple endommager la rétine et provoquer la cécité des neiges et donc endommager durablement la vue. C’est pourquoi il ne faut jamais oublier ses lunettes de soleil en cas de fort ensoleillement.

Il est recommandé de porter des lunettes qui protègent également l’oeil sur les côtés contre les rayons du soleil. Les verres foncés, gris, bleus ou bruns, sont les plus utiles en cas de fort ensoleillement.

Mais les skieurs doivent aussi faire attention à la valeur de protection contre l’éblouissement des lunettes de soleil. Celui-ci se mesure sur une échelle de zéro à quatre. Pour le ski, le niveau trois est recommandé.

En cas de fort ensoleillement, les amateurs de sports d’hiver devraient choisir le bon masque de ski.

La prudence est également de mise lorsque le soleil est bas. Celui-ci plonge certes l’environnement dans une superbe lumière, mais il peut aussi rayonner directement au niveau des yeux, surtout si vous skiez justement dans la lumière. L’oeil doit alors faire un effort particulier pour voir quelque chose. Cela épuise les forces et demande beaucoup de concentration.

Si vous constatez que vous ne voyez plus rien à cause du soleil, il est préférable de faire une petite pause, d’admirer le paysage et de repartir lorsque la position du soleil est plus favorable.

Skier lorsque la visibilité est mauvaise

Outre le soleil éblouissant, les chutes de neige et le brouillard peuvent également influencer la visibilité en skiant. Cela n’inclut pas seulement le fait de ne plus voir aussi loin. Les contours des arbres ou des autres skieurs deviennent également plus flous et la piste n’est plus aussi bien visible. Ainsi, les surfaces glacées ou les pentes raides le long de la piste peuvent rapidement devenir des surprises désagréables.

Comme en cas de fort ensoleillement, des lunettes de ski adaptées peuvent aider, car elles permettent de distinguer plus facilement les contours. Il existe par exemple des lunettes spéciales pour le mauvais temps.

Le style de conduite peut également aider à arriver en toute sécurité dans la vallée en cas de mauvaise visibilité. En effet, le temps change souvent si rapidement en montagne que vous n’avez pas d’autre choix que de skier dans des nuages épais ou du brouillard.

La vitesse doit toujours être adaptée aux conditions de visibilité sur la piste.

Les conseils suivants rendent la conduite plus sûre en cas de mauvaise visibilité :

  • la vitesse doit toujours être adaptée aux conditions de visibilité ;
  • il est préférable de skier en biais par rapport à la pente et de se tourner dans les virages serrés
  • observer les marquages de la piste ;
  • éviter les terrains inconnus et emprunter plutôt les pistes connues en dessous de la limite des  arbres ;
  • mieux vaut s’arrêter trop souvent que trop rarement. Cela aide à s’orienter et on prend souvent de meilleures décisions au repos que pendant la course.

Skier en cas de chute de neige

Il n’est bien sûr pas interdit de skier lorsqu’il neige. De nombreux skieurs considèrent même la neige comme un bonus, car à chaque nouvelle descente, il y a ainsi une nouvelle couche de poudreuse. La lumière change aussi et l’environnement prend de légères nuances de gris. Cela peut être très beau, mais cela peut gêner la visibilité.

Malédiction et bénédiction à la fois : les chutes de neige au ski.

En général, tout dépend de la quantité de neige qui tombe. Quelques flocons ou une légère chute de neige ne constituent pas un danger. Cependant, comme la visibilité est affectée, il est important de bien connaître la piste. Des lunettes de ski avec un filtre contre le mauvais temps et une boussole ou un GPS peuvent être utiles dans ces conditions météorologiques.

Si les flocons sont si épais que la visibilité est fortement réduite, il ne faut pas continuer. Si vous êtes proche du sommet, vous pouvez par exemple redescendre en ascenseur. Si vous êtes plus proche de la vallée, vous pouvez skier en biais sur la pente pour descendre. Vous aurez ainsi plus d’appui pour la descente.

Skier par temps de brouillard

Le mot « brouillard » a des racines latines et grecques et se traduit par « nuage ». En réalité, le brouillard est une accumulation de gouttes d’eau juste au-dessus de la surface de la terre.

Si l’on peut voir à moins d’un kilomètre, on parle de brouillard. Si la visibilité est inférieure à 200 mètres, il s’agit d’un brouillard intense.

Le brouillard se forme à partir d’une différence de température entre la température du sol et celle de l’air. Il suffit parfois d’une différence minime pour déclencher un brouillard épais. C’est pourquoi il est particulièrement difficile pour les météorologues de le prévoir. C’est pourquoi, en particulier dans les montagnes, où les températures varient fortement, un brouillard épais se forme souvent comme par magie.

Il se peut aussi qu’en raison de la différence d’altitude, le brouillard soit dense sur une partie de la piste et que le soleil brille sur une autre. Il est donc difficile d’éviter le brouillard en skiant, c’est pourquoi il est si important d’y être bien préparé.

Skier au-dessus des nuages est une expérience d’un genre très particulier. Si l’on perce la couverture nuageuse, l’épais brouillard peut considérablement réduire la visibilité.

Dès que la visibilité est ainsi réduite, il faut ralentir sa vitesse et skier avec une prudence et une attention particulières. Car la piste n’est alors plus bien visible : les contours s’estompent et on distingue donc moins bien, voire pas du tout, les monticules de neige ou les pentes. Des lunettes spéciales pour le brouillard ou des lunettes de ski avec une teinte rouge, appelées Blueblocker, peuvent améliorer la visibilité grâce à leur couleur contrastant avec le blanc monotone de la neige et le bleu du ciel. Cependant, il ne faut pas trop compter sur eux, car ils n’aident qu’en cas de brume légère, mais pas en cas de brouillard dense ou même de whiteout (voile blanc).

Si le brouillard est très dense, il est facile de perdre l’orientation. Dans ce cas, il peut être utile de s’arrêter à des endroits sûrs ou à un carrefour et de se réorienter. C’est pourquoi il est utile d’avoir toujours un plan des pistes sur soi. Ainsi, même si la visibilité est mauvaise, il est moins facile de se perdre.

Il est généralement recommandé de ne jamais partir seul. C’est particulièrement vrai en cas de mauvaise visibilité. Il faut toujours rouler en groupe et rester proche les uns des autres pour ne perdre personne.

Si le brouillard devient trop dense, il est plus sûr de s’arrêter brièvement et d’attendre que les conditions de visibilité s’améliorent.

Skier dans des conditions changeantes

Qu’il s’agisse de neige ou de brouillard, les conditions météorologiques changent très rapidement en montagne. Chaque skieur devrait s’y attendre et en tenir compte activement dans sa planification.

Cela signifie qu’il faut parfois réagir spontanément aux changements de temps. La première descente peut se dérouler sans problème, mais si vous tombez soudainement dans un banc de brouillard lors de la deuxième descente, il est conseillé de changer de piste et de ne pas s’obstiner sur une piste particulière.

Les applications météo mentionnées ci-dessus peuvent aider à trouver une meilleure piste. Parfois, c’est aussi une bonne idée, en cas de mauvaise visibilité, de passer à une piste plus large et donc plus sûre. N’hésite pas à demander conseil au personnel des remontées mécaniques.

En cas d’urgence, il est plus sûr de faire une pause et de prendre par exemple un petit en-cas revigorant dans un refuge de montagne. Vous pouvez ainsi vous reposer un peu, reprendre des forces et repartir lorsque les conditions de visibilité sont meilleures.

Si le temps ne s’améliore pas du tout, il est plus judicieux d’interrompre la journée de ski plutôt que de risquer de se blesser en descendant par mauvaise visibilité.

Le danger du whiteout

Un whiteout se produit lorsqu’il y a de la neige sur le sol et qu’en même temps la visibilité est obscurcie par le brouillard, les chutes de neige ou les nuages. Vous avez donc une couche blanche en dessous et au-dessus de vous : la lumière est réfléchie de telle sorte que tout l’environnement semble blanc. Même l’horizon n’est plus visible. C’est pourquoi il est impossible de distinguer le haut du bas ou le proche du lointain. Cela peut entraîner une perte de l’orientation et de l’équilibre.

Tout s’estompe dans un blanc uniforme : le whiteout.

Une telle situation peut être dangereuse pour les amateurs de sports d’hiver, si l’on ne se comporte pas correctement. Si cela se produit pendant la course et entraîne une perte d’orientation, il faut rester groupé. Il est préférable de continuer à skier très lentement ou d’attendre la fin.

Si vous vous sentez en sécurité, vous pouvez essayer de changer de terrain. Les arbres ou les rochers, grâce à leur contraste de couleurs, annulent un peu le whiteout et offrent des points de repère importants. Changer d’altitude peut aussi aider, car le whiteout n’apparaît souvent que ponctuellement.

Les lunettes anti-brouillard aident aussi à réduire les dangers émanant d’un whiteout.

Le temps en montagne est instable et peut changer d’une seconde à l’autre et d’une altitude à l’autre. Il est donc important d’être toujours attentif et d’adapter son style de conduite aux conditions de visibilité. Si vous êtes en forme et reposé, si vous vous préparez bien pour votre journée de ski et si vous faites preuve de prudence lorsque la visibilité est mauvaise, vous pouvez skier en toute sécurité même lorsque les conditions de visibilité sont mauvaises.

FAQ sur les conditions de visibilité

Pourquoi un temps ensoleillé peut-il nuire à la visibilité ?

La neige reflète particulièrement bien le soleil, ce qui éblouit davantage lorsque l’on skie. Le soleil bas peut également briller directement dans les yeux, de sorte qu’il devient difficile de distinguer des contours clairs lors de la descente. Il est donc recommandé de porter de bonnes lunettes de ski.

Quel est le rapport entre les chutes de neige et la visibilité au ski ?

Une légère chute de neige est très agréable pour skier. Mais lorsque les flocons tombent en abondance, ils peuvent fortement gêner la visibilité, surtout lorsqu’ils sont soulevés par le vent. Dans ce cas, il faut skier lentement et prudemment. Si la visibilité est trop mauvaise, il faut soit redescendre dans la vallée avec les remontées mécaniques, soit attendre dans un refuge de montagne que les bourrasques de neige se dissipent.

Peut-on éviter le brouillard ?

Le brouillard est un phénomène météorologique imprévisible qui est particulièrement fréquent en montagne. Il est donc difficile d’éviter le brouillard en skiant. Toutefois, avec des lunettes de ski adaptées, une bonne connaissance des lieux et une conduite prudente, il est possible de s’orienter facilement même en cas de brouillard. Si le brouillard est trop dense, il faut interrompre la course et attendre que le temps s’améliore.

Que faire en cas de temps changeant ?

Le temps en montagne est très fluctuant. Il peut passer soudainement du soleil au brouillard ou varier d’une partie du trajet à l’autre. Il est important de toujours adapter sa conduite aux conditions de visibilité. Si la visibilité est mauvaise, il convient de skier lentement, de rester en groupe, de s’arrêter plus souvent, de mettre les genoux bas en skiant et de skier en biais par rapport à la pente.

Qu’est-ce qu’un whiteout ?

Un whiteout est un phénomène météorologique qui se produit en cas de neige et de lumière plate. Une lumière plate peut à son tour se former en cas de chute de neige, de nuages ou de brouillard. Lorsque le sol blanc et le ciel blanc se rencontrent, on perd rapidement l’orientation. L’horizon devient flou, les hauteurs ne sont plus reconnues et l’on peut perdre l’équilibre. Comme cela est très dangereux pour les sports d’hiver, il faut si possible changer de terrain en cas de whiteout ou attendre que la visibilité s’améliore.

Prendre le télésiège en toute sécurité

Alors que les premiers téléskis permettaient de transporter confortablement les ...

Skier au printemps – Quelles sont les stations de ski ouvertes ?

Beaucoup de neige, du soleil à profusion, une bonne visibilité, pas trop froid : ...

$stickyFooter