Légendes du ski : 25 idoles des sports d’hiver

9 février 2023 - SnowTrex

Des héros du ski exceptionnels comme Felix Neureuther, Justyna Kowalczyk, Lindsey Vonn, Toni Innauer et Magdalena Neuner ont marqué le ski de haut niveau international comme personne d’autre. Ce sont tous des skieurs de légende qui ont accompli des choses incroyables, non seulement en ski alpin, mais aussi en biathlon, en saut à ski et en ski de fond, et qui sont entrés dans l’histoire des sports d’hiver. Il est donc grand temps pour SnowTrex de rendre hommage à 25 athlètes sélectionnés et de présenter leurs performances.

Felix Neureuther est le coureur de slalom le plus titré d’Allemagne, ce qui a fait de lui une véritable légende du ski avant même qu’il ne prenne sa retraite.


1. Les légendes du ski alpin

Franz Klammer

Franz Klammer est probablement la plus grande légende du ski en Autriche : l’ancien skieur de Carinthie a remporté 25 victoires en descente entre 1973 et 1984, dont quatre sur la légendaire Streif à Kitzbühel. Il a également remporté cinq fois la Coupe du monde de descente et reste à ce jour le coureur le plus titré de cette discipline dans l’histoire de la Coupe du monde de ski alpin. L’« empereur Franz » a également donné son nom à la célèbre descente de la Coupe du monde « Kärnten-Franz Klammer » à Bad Kleinkirchheim, dont la pente peut atteindre 35 degrés.

Mikaela Shiffrin

En décembre 2012, alors qu’elle n’avait que 17 ans, Mikaela Shiffrin a remporté sa première victoire en Coupe du monde. L’Américaine originaire de l’État du Colorado s’est d’abord illustrée dans sa discipline de prédilection, le slalom. Ainsi, lors des Jeux d’hiver 2014 à Sotchi, elle y a également remporté sa première médaille d’or, devenant ainsi la plus jeune championne olympique dans cette compétition. Dans cette même discipline, Shiffrin a également remporté quatre fois de suite le titre de championne du monde entre 2013 et 2019. Mais au fil des années, elle est devenue de plus en plus un talent polyvalent absolu de la Coupe du monde. Avec des victoires en descente, en super-G, en slalom géant, en slalom, en combiné et en slalom parallèle, la superstar du ski est montée sur la plus haute marche du podium dans toutes les disciplines du ski alpin.

Mikaela Shiffrin a remporté sa première médaille d’or aux Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi en 2014, devenant ainsi la plus jeune championne olympique de slalom de tous les temps.

En janvier 2023, à l’âge de 27 ans, Mikaela Shiffrin a fêté sa 83e victoire en Coupe du monde lors du slalom géant de Kronplatz. Avec ce succès, elle a dépassé sa compatriote Lindsey Vonn (82 victoires en Coupe du monde) dans le classement éternel et est devenue officiellement la skieuse la plus titrée de l’histoire.

Felix Neureuther

Les Allemands aussi ont leur légende du ski : Felix Neureuther, originaire de Garmisch-Partenkirchen, a remporté sa 13e victoire en Coupe du monde lors du slalom de Levi en novembre 2017. Aucun autre skieur d’Allemagne n’avait réussi cela avant lui. Le fils du spécialiste du slalom Christian Neureuther et de la double championne olympique Rosi Mittermaier détient donc également le record du skieur le plus titré de l’histoire de la Coupe du monde allemande, avant de mettre fin à sa carrière en mars 2019 après le slalom de Soldeu (Andorre).

Lindsey Vonn

Lindsey Vonn est en tête du palmarès féminin avec 82 victoires en Coupe du monde, ce qui fait d’elle une légende du ski. Avec ce record, elle compte 20 victoires de plus que la « sportive mondiale du siècle », Annemarie Moser-Pröll. Vonn a fêté son plus grand triomphe en 2010, lors des Jeux Olympiques de Vancouver. Elle y a remporté le bronze en super-G et l’or en descente. Aux États-Unis, l’athlète originaire de l’État du Minnesota a atteint au cours de sa carrière le statut de véritable superstar du sport. Cela est devenu évident lorsque la chaîne de télévision NBC a diffusé en 2018, pendant la diffusion du Super Bowl, le plus grand événement sportif individuel au monde, un spot publicitaire olympique entièrement consacré à la carrière de Vonn.

Avec 43 victoires en descente en Coupe du monde, l’Américaine Lindsey Vonn est considérée comme la meilleure skieuse de tous les temps dans cette discipline.

Hermann Maier

L’Autrichien Hermann Maier n’est pas devenu une véritable légende du ski uniquement grâce à ses succès. Mais aussi par les histoires qui se cachent derrière. La plus spectaculaire s’est produite aux Jeux Olympiques d’hiver de Nagano en 1998, lorsque Maier a participé à la course de descente et a fait une chute spectaculaire dans un virage après seulement quelques secondes de course. Le fait qu’il ne se soit pas blessé dans sa chute tenait du miracle :

The Most Spectacular Crash and Recovery in The Olympics | Throwback Thursday

Tout aussi remarquable : trois jours plus tard seulement, il a remporté la médaille d’or en super-g. Maier a déclaré rétrospectivement qu’il lui avait fallu du temps pour se remettre en selle. Mais tout s’est bien passé et c’est ainsi qu’il a reçu son surnom légendaire d’« Herminator ». Après deux médailles d’or olympiques, trois titres de champion du monde et quatre victoires au classement général de la Coupe du monde, il a mis fin à sa carrière en 2009.

Maria Höfl-Riesch

Trois médailles d’or olympiques, deux titres de championne du monde de ski alpin, une victoire au classement général de la Coupe du monde : en 13 ans de carrière professionnelle en tant que skieuse, Maria Höfl-Riesch a gagné presque tout ce qu’il y avait à gagner. Avec 27 victoires en Coupe du monde, la skieuse de Garmisch-Partenkirchen est la deuxième skieuse allemande la plus titrée après Katja Seizinger (36 victoires en Coupe du monde). Après avoir été le porte-drapeau de l’équipe allemande aux Jeux Olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, où elle a également remporté sa troisième médaille d’or, Höfl-Riesch s’est toutefois retirée du sport professionnel. La même année, le président allemand de l’époque, Joachim Gauck, lui a décerné le Laurier d’argent pour ses excellentes performances sportives, avant qu’elle ne soit élue sportive allemande de l’année en décembre 2014.

Maria Höfl-Riesch est, avec Katja Seizinger, la seule skieuse allemande à avoir remporté au moins une fois le classement général de la Coupe du monde de ski alpin.

Alberto Tomba

Musclé, bronzé, charismatique et très performant : dans les années 1980 et 1990, l’Italien Alberto Tomba était une pop star parmi les skieurs. On a dit de ce sunnyboy excentrique et spécialiste de la technique originaire de Bologne qu’il avait des aventures et qu’il y avait toujours un grand battage médiatique autour de lui. Mais cela était aussi dû à son impressionnant palmarès sportif : avec 50 victoires en Coupe du monde, ainsi que trois médailles d’or olympiques et deux titres de champion du monde en slalom et en slalom géant, il est l’un des skieurs les plus titrés de tous les temps.

Marcel Hirscher

Remporter huit fois le grand globe de cristal pour la première place au classement général de la Coupe du monde de ski alpin, personne ne l’avait fait avant Marcel Hirscher. Le Salzbourgeois a appris à skier dès le berceau, son père Ferdinand étant directeur de l’école de ski d’Annaberg. C’est à Val d’Isère, fin 2009, que l’Autrichien a fêté la première de ses 67 victoires individuelles en Coupe du monde de ski alpin. Outre sa domination dans la ligue supérieure du ski, Hirscher a également remporté sept médailles d’or aux Championnats du monde de ski alpin. Mais c’est aux Jeux Olympiques d’hiver de 2018 à Pyeongchang que la superstar du ski a remporté ses plus grands succès sportifs. Il y a, en effet, remporté deux médailles d’or en combiné et en slalom géant. En dehors des pistes, Marcel Hirscher s’est également lancé dans les affaires après avoir mis un terme à sa carrière sportive en 2019 et a présenté sa propre marque de ski en 2021.

Marcel Hirscher a remporté huit fois le classement général de la Coupe du monde de ski alpin. C’est le nombre le plus élevé de l’histoire du ski.

Ingemar Stenmark

La plus grande légende du ski alpin ne vient effectivement pas d’un pays alpin, mais de Scandinavie. Ingemar Stenmark a remporté un nombre incroyable de 86 victoires en Coupe du monde au cours de sa carrière. En dehors des pistes, le « suédois silencieux », comme on le surnomme, a toujours agi avec beaucoup de retenue. En revanche, il faisait d’autant plus de « bruit » sur les pentes. Contrairement à Franz Klammer, qui brillait surtout en descente, Stenmark était le roi des disciplines techniques. En Coupe du monde, il a remporté 46 victoires en slalom géant entre 1974 et 1989 et a décroché sept fois le petit globe de cristal de la Coupe du monde de la discipline. En slalom, il n’est monté « que » 40 fois sur la plus haute marche du podium, mais a remporté huit fois la Coupe du monde de la discipline.

Dans les années 1970, Ingemar Stenmark était la superstar absolue du ski, et des timbres lui ont même été consacrés en dehors de sa Suède natale.

L’homme de Joesjö a remporté le classement général de la Coupe du monde trois fois de suite entre 1976 et 1979. À cela s’ajoutent deux médailles d’or aux Jeux Olympiques et cinq titres de champion du monde. La supériorité d’Ingemar Stenmark sur ses collègues a été démontrée en 1979 à Jasná, en Slovaquie. Le Suédois avait alors remporté le slalom géant avec une avance record de 4,06 secondes !

Hannes Schneider

Hannes Schneider, né en 1890, s’est entraîné à faire ses premiers virages sur la neige dès son plus jeune âge sur des skis qu’il avait bricolés avec du vieux bois et est devenu, à l’âge de 17 ans, le premier moniteur de ski de l’Arlberg. Pendant la Première Guerre mondiale, Schneider a également servi comme instructeur de ski dans les troupes de montagne autrichiennes. Après la guerre, il a fondé en 1921, l’école de ski d’Arlberg, qui est aujourd’hui la plus ancienne école de ski au monde. Alors qu’ailleurs, on enseignait encore le style télémark, il enseignait déjà à l’époque avec ses moniteurs de ski les premiers précurseurs du virage parallèle encore en vigueur aujourd’hui, le fameux Stemmbogen. Il a également introduit l’examen d’État pour les moniteurs de ski et a été l’un des fondateurs de l’importante course Arlberg-Kandahar. En 1939, il a immigré aux États-Unis, où il a repris une école de ski au Mount Cranmore dans le New Hampshire et a contribué à la création de la station de ski. C’est pour cette raison que Schneider est aujourd’hui encore considéré comme le « Father of American Skiing » aux États-Unis.

2. Les légendes du biathlon

Magdalena Neuner

Avant que Magdalena Neuner ne fasse son entrée sur la scène de la Coupe du monde en 2006, le biathlon était déjà très populaire en Allemagne en hiver. Mais avec ses succès, la skieuse de Wallgau a encore élevé sa discipline à un niveau supérieur. En 2007, lors des Championnats du monde de biathlon à Antholz, elle a remporté son premier titre à l’âge de 19 ans seulement. Par la suite, Neuner a remporté onze autres médailles d’or jusqu’en 2011, ce qui fait d’elle la championne du monde de biathlon la plus titrée à ce jour. Avec 47 victoires en Coupe du monde (dont 13 en relais), trois triomphes au classement général de la Coupe du monde et deux victoires olympiques aux Jeux Olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver, la Bavaroise est une véritable légende des sports d’hiver, et pas seulement dans son pays.

Devant l’impressionnante tribune principale du stade de biathlon d’Antholz, Magdalena Neuner a remporté son premier titre de championne du monde en 2007.

Après s’être retirée du sport de haut niveau en mars 2012, Magdalena Neuner a travaillé temporairement comme experte TV et vit aujourd’hui avec sa famille dans la région de Garmisch-Partenkirchen. Dans la région natale de Neuner, Wallgau, un sentier de randonnée panoramique et une piste de ski de fond située à proximité de la maison de ses parents ont été baptisés du nom de la triple sportive de l’année (2007, 2011 et 2012).

Ole Einar Bjørndalen

Ce n’est pas un hasard si Ole Einar Bjørndalen est aujourd’hui encore considéré comme le « roi du biathlon ». En effet, entre 1996 et 2017, il a remporté un nombre incroyable de 94 victoires individuelles et 41 victoires en relais en Coupe du monde de biathlon ! Les chiffres montrent également l’importance du Norvégien dans le biathlon et pourquoi il est considéré comme l’un des plus grands sportifs d’hiver. Lors de cinq Jeux Olympiques d’hiver, Bjørndalen a remporté 13 médailles (dont huit en or), tandis qu’il a remporté 45 médailles (dont 20 en or) aux Championnats du monde de biathlon et s’est adjugé six fois le classement général de la Coupe du monde. Et cela ne s’est pas arrêté là. En novembre 2006, cet athlète d’exception originaire de Drammen a même fêté une victoire en Coupe du monde de ski de fond à Gällivare, en Suède. Il est ainsi devenu le premier sportif d’hiver masculin à réussir cet exploit dans deux disciplines sportives différentes.

Laura Dahlmeier

Après le retrait de Magdalena Neuner, les fans n’ont pas eu à attendre longtemps pour découvrir la prochaine superstar allemande du biathlon. En mars 2013, Laura Dahlmeier a participé à sa première course de Coupe du monde sur la piste légendaire de Holmenkollen à Oslo, après une performance exceptionnelle en catégorie junior. C’était le début d’une carrière exceptionnelle, à laquelle la skieuse de Garmisch-Partenkirchen a mis fin seulement six ans plus tard, à l’âge de 25 ans, pour se consacrer ensuite à des études de sciences du sport et à ses autres passions, comme l’alpinisme ou la course en montagne.

Dahlmeier voulait d’une part s’éloigner des feux de la rampe et d’autre part, elle avait à l’époque gagnée tout ce qu’il y avait à gagner en biathlon. Outre 20 victoires individuelles et 13 victoires en relais en Coupe du monde, elle a également remporté en 2013, le World Team Challenge à l’Arena Auf Schalke avec Florian Graf. La gagnante du classement général de la Coupe du monde 2017 a toutefois fêté son plus grand succès un an plus tard à Pyeongchang. Lors des Jeux Olympiques d’hiver 2018, Laura Dahlmeier a remporté l’or au sprint et à la poursuite. Mais ses performances les plus impressionnantes, du moins en termes de performances, ont été celles qu’elle a réalisées lors des Championnats du monde de biathlon 2017 à Hochfilzen. Elle y a remporté trois médailles d’or et une médaille d’argent dans quatre courses individuelles. En plus, deux autres titres mondiaux ont été remportés par le relais féminin allemand et le relais mixte allemand.

Martin Fourcade

Dominant. C’est sans doute la façon la plus précise de décrire la carrière de biathlète de Martin Fourcade. Entre le 14 mars 2010 et exactement le même jour, 10 ans plus tard, le Français a remporté 79 courses individuelles en Coupe du monde, frôlant ainsi le record d’Ole Einar Bjørndalen comme personne auparavant. Mais ce que l’homme du sud de la France a de plus que le « roi du biathlon », c’est le nombre de victoires au classement général de la Coupe du monde. Avec sept, il devance de peu le Norvégien (6). Ce qui est également unique, c’est que Fourcade a remporté ces titres en série entre 2012 et 2018. Mais ce sont aussi ses succès aux Championnats du monde et aux Jeux Olympiques d’hiver qui ont fait de lui une véritable légende des sports d’hiver.

Outre 13 titres de champion du monde, cinq médailles d’or olympiques dorment dans l’armoire à trophées de la maison de ce père de trois enfants à Villard-de-Lans. Dans sa déclaration de retraite de 2020, Martin Fourcade, qui s’est toujours montré critique durant sa carrière, notamment sur le thème du dopage dans le sport de haut niveau, a souligné qu’il souhaitait rester actif dans la politique sportive à l’avenir.

Magdalena Forsberg

L’athlète la plus titrée de l’histoire de la Coupe du monde de biathlon s’appelle Magdalena Forsberg. Entre 1997 et 2002, la Suédoise a dominé la compétition entre la piste de ski de fond et le stand de tir. Au cours de sa carrière, Forsberg est montée 42 fois sur la plus haute marche du podium et a remporté six fois le classement général de la Coupe du monde. Elle a également remporté 17 petits globes de cristal dans les classements de la Coupe du monde par discipline. Un record inégalé jusqu’à présent dans le domaine du biathlon féminin. Wolfgang Pichler, le gourou du biathlon de Ruhpodlingen, a toujours été à ses côtés en tant qu’entraîneur. Et si l’or olympique a échappé à Magdalena Forsberg jusqu’à la fin de sa carrière en 2002, elle a remporté un total de douze médailles (dont six en or) lors de six championnats du monde de biathlon. En revanche, l’ancienne fondeuse a remporté sa toute première médaille de championnat du monde en 1987 avec le bronze du relais aux championnats du monde de ski nordique à Oberstdorf. Ce qui rend les performances de Forsberg encore plus remarquables, c’est le fait qu’en raison de l’absence de subventions sportives en Suède à l’époque, elle travaillait encore à mi-temps comme conseillère fiscale pour gagner suffisamment d’argent en tant que sportive de haut niveau.

3. Les légendes du saut à ski

Michael « Eddie the Eagle » Edwards

Michael Edwards est sans doute le pire sauteur à ski de tous les temps. Il voulait pourtant absolument participer aux Jeux Olympiques pour son pays, l’Angleterre. En effet, cet ambitieux sans talent a été le premier sauteur à ski britannique à participer aux Jeux Olympiques de Calgary en 1988. Il a terminé dernier avec un saut de 71 m et a été décrié par la presse comme la « risée de la nation ». Mais Eddie avait réalisé son rêve d’enfant en suivant la devise : « être là, c’est tout ». Il fut surnommé « Eddie the Eagle » et, malgré ses mauvaises performances sportives, « l’aigle » devint un personnage culte en Angleterre.

Son incroyable histoire a été immortalisée en 2016 avec le film « Eddie the Eagle : tout est possible ». Avec Taron Egerton, Hugh Jackman et Christopher Walken dans les rôles principaux :

EDDIE THE EAGLE Bande Annonce (2016)

Kamil Stoch

Le sauteur à ski Kamil Stoch est aujourd’hui considéré comme le successeur légitime du héros national polonais Adam Małysz. Au milieu des années 1990, ce dernier a déclenché un véritable boom du saut à ski dans son pays avec ses duels contre Martin Schmitt et les succès qui en ont découlé en Coupe du monde et aux Championnats du monde de ski nordique. Et Stoch en a profité. Après ses débuts en Coupe du monde en 2005, il lui a fallu près de six ans avant de pouvoir fêter son premier succès individuel. Et c’est bien sûr à Zakopane, la « capitale du saut à ski » polonaise et son lieu de naissance, qu’il l’a obtenu. Ce devait être l’une des dizaines de grandes victoires du Polonais. Dix ans plus tôt, Sven Hannawald avait établi à Bischofshofen un record que seule la superstar du saut à ski des Hautes Tatras allait égaler 17 ans plus tard. Lors de la saison 2001/2002, l’allemand a été le premier sauteur à ski à remporter les quatre épreuves de la Tournée des quatre tremplins.

Le polonais Kamil Stoch fait partie des trois seuls sauteurs à ski à avoir réussi le grand chelem lors de la Tournée des Quatre Tremplins.

En 2018/2019, Stoch a été le deuxième sportif à répéter ce « grand slam » unique en son genre, remportant ainsi le deuxième de ses trois titres sur la Tournée. Avec deux victoires au classement général de la Coupe du monde, trois médailles d’or olympiques, deux titres de champion du monde et les succès remportés lors de la Tournée des quatre tremplins, Kamil Stoch est également l’un des cinq sauteurs à ski à avoir triomphé dans les quatre compétitions les plus importantes de leur discipline. Les quatre autres sont Espen Bredesen, Thomas Morgenstern, Matti Nykänen et Jens Weißflog.

Jan Boklöv

Sans Jan Boklöv, le saut à ski ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Après tout, il est considéré comme l’inventeur de la technique du saut en V. Selon ses propres dires, il y a été en quelque sorte « contraint » par hasard lors d’un saut d’entraînement en 1985. En effet, ce n’est qu’en déchirant ses skis en l’air que le Suédois a pu éviter une grave chute à Falun. En compétition, Boklöv a immédiatement utilisé la technique qu’il venait de découvrir et, grâce à la portance ainsi obtenue, il a parfois navigué jusqu’à 20 mètres plus loin que ses concurrents.

Ils ont finalement continué à sauter en utilisant la technique parallèle classique. Mais pour la pose « Victory », Boklöv a toujours été pénalisé dans la note d’attitude. Malgré tout, en tant que quintuple vainqueur de la Coupe du monde individuelle et vainqueur du classement général de la Coupe du monde 1989, son style s’est imposé. En effet, le comité de saut s’est un jour rendu compte que le style V permettait d’atteindre de plus grandes distances, si bien qu’en 1990, il a officiellement et définitivement remplacé la technique du saut parallèle.

Toni Innauer

Anton « Toni » Innauer est devenu l’idole de la nation alpine dans les années 1970 en tant que sauteur à ski. Il a été le premier dans l’histoire du saut à ski à obtenir cinq fois la meilleure note de 20 pour un vol parfait. En 1982, alors qu’il n’avait que 22 ans, la carrière de cet Autrichien ultra-talentueux s’est toutefois brutalement terminée après une grave chute. Plus tard, il a été directeur sportif de la fédération autrichienne de ski (ÖSV) et a retracé ses expériences de carrière dans le livre « Am Puls des Erfolgs ». L’actuel philosophe du sport y jette un regard critique sur le sport de haut niveau et constate qu’il ne voulait pas lui-même être considéré comme un héros (populaire).

Sven Hannawald

Lorsque les sauteurs à ski ont été fêtés comme des pop stars en Allemagne au début des années 2000, Sven Hannawald était au coeur de l’événement. Après son premier succès individuel en Coupe du monde de saut à ski à Bischofshofen en janvier 1998, il a fallu attendre encore un peu avant que l’actuel expert de la télévision ne brise le mythe de la Tournée des quatre tremplins, quatre ans plus tard, jour pour jour. Après avoir remporté les compétitions d’Oberstdorf, de Garmisch-Partenkirchen et d’Innsbruck lors de la saison 2001/2002 de la plus prestigieuse des compétitions de saut à ski, Hannawald a triomphé pour la deuxième fois le 6 janvier 2002 lors de l’Épiphanie. Il est ainsi devenu le premier sauteur à ski de l’histoire à réaliser le « grand slam » lors de la Tournée.

Et même si Hannawald n’a pas réussi à remporter le classement général de la Coupe du monde au cours de sa carrière, il est devenu l’un des sauteurs à ski les plus célèbres d’Allemagne et donc une véritable légende des sports d’hiver. En effet, outre deux médailles d’or aux Championnats du monde de ski nordique et aux Championnats du monde de vol à skis, l’athlète de la Forêt-Noire a également remporté le titre olympique de saut à skis par équipe à Salt Lake City en 2002 avec Stephan Hocke, Martin Schmitt et Michael Uhrmann.

4. Les légendes du ski de fond

Justyna Kowalczyk

Dans le ski de fond polonais, c’est elle qui mène la danse : Justyna Kowalczyk. Elle a été la première Polonaise à remporter une médaille olympique en ski de fond et a remporté quatre fois le classement général de la Coupe du monde. De plus, avec quatre victoires au classement général, Kowalczyk est la seule gagnante du record du Tour de Ski. Et en tant que double championne olympique (2010 et 2014), elle est l’une des skieuses de fond polonaises les plus titrées de l’histoire du sport. Sa course à Sotchi en 2014 est devenue légendaire : malgré une fracture du pied, elle a courageusement maîtrisé la course de 10 km en style classique et a remporté l’or olympique par des températures printanières :

Cross-Country Skiing - Ladies' 10km Classic - Kowalczyk Wins Gold | Sochi 2014 Winter Olympics

Bjørn Dæhlie

L’épreuve de ski de fond de 10 km en technique classique des Jeux Olympiques d’hiver de 1998 à Nagano est entrée dans l’histoire pour deux raisons. D’une part, parce que Bjørn Dæhlie y a remporté sa sixième médaille d’or aux Jeux d’hiver, ce qui était jusqu’alors inégalé, et qu’il a ainsi cimenté son statut de meilleur fondeur de tous les temps. Et d’autre part, en raison de la performance du Kenyan Philip Boit. En tant que premier athlète olympique d’hiver de son pays, il était bien sûr désespérément inférieur sur la piste de ski de fond. Il a ainsi franchi la ligne d’arrivée en 92e position, et donc en dernier, avec plus de 20 minutes de retard sur le vainqueur. Mais c’est là, quelques secondes plus tard, qu’un véritable moment olympique s’est produit. En effet, au lieu d’aller chercher sa médaille, Dæhlie était le seul athlète à être resté dans l’aire d’arrivée. Accueillir personnellement le Kényan était pour lui plus qu’une simple marque de respect.

Depuis, les deux hommes sont devenus de bons amis et Boit a même donné à son fils Daehlie le nom de la légende des sports d’hiver. Pour le Norvégien lui-même, la victoire à Nagano a coïncidé avec l’automne d’une carrière encore inégalée à ce jour. Au total, il a remporté huit médailles d’or en ski de fond lors de trois Jeux Olympiques d’hiver. Lors des Championnats du monde de ski nordique, le héros national norvégien a même remporté neuf fois le titre mondial. Et en Coupe du monde de ski de fond, le sextuple vainqueur du classement général de la Coupe du monde est monté 46 fois sur la plus haute marche du podium lors de courses individuelles entre 1989 et 1999.

Tobias Angerer

Personne ne s’attendait à ce que ce soit justement un skieur de fond allemand qui écrive l’histoire de la plus nordique des disciplines sportives au tournant de l’année 2006/2007. Le point culminant de la saison de la Coupe du monde était, en effet, le premier Tour de Ski. Et le vainqueur du classement général de cette course en plusieurs étapes, comme le célèbre Tour de France, était Tobias Angerer. Après que ses compatriotes René Sommerfeldt (2004) et Axel Teichmann (2005) aient remporté le classement général de la Coupe du monde, c’est également Angerer qui a poursuivi la série des Allemands avec ses triomphes en 2006 et 2007. Avec 16 victoires en Coupe du monde (courses individuelles et relais) ainsi que six médailles d’argent et cinq médailles de bronze aux Championnats du monde et aux Jeux Olympiques d’hiver, le Bavarois compte également aujourd’hui parmi les meilleurs skieurs de fond de la République fédérale d’Allemagne.

Marit Bjørgen

Le titre officieux de meilleure fondeuse de tous les temps revient à la mère patrie du sport, Marit Bjørgen. Après sa retraite en 2018, la Norvégienne a pu revendiquer un total de 15 médailles olympiques. Ce parcours a fait d’elle l’athlète olympique d’hiver la plus titrée de l’histoire. Les deux derniers de ses huit titres olympiques ont été remportés par Bjørgen à Pyeongchang, d’une part sur 30 km et d’autre part, avec le relais féminin norvégien :

Cross Country Skiing | Ladies' 4 x 5km Relay Highlights | Pyeongchang 2018 | Eurosport

Outre une victoire au classement général du Tour de Ski (2015), la sprinteuse de formation a également remporté quatre victoires au classement général de la Coupe du monde (2005, 2006, 2012 et 2015). Dans la plus haute ligue du ski de fond, personne n’a eu autant de succès que Marit Bjørgen. Elle est montée 220 fois sur le podium de la Coupe du monde, dont 114 fois sur la plus haute marche après une course individuelle. La Norvégienne s’est également imposée 30 fois par équipe (sprint et relais).

Dario Cologna

Le Tour de Ski, c’était son truc. En effet, chez les hommes, personne n’a remporté le classement général aussi souvent que Dario Cologna. Au total, la Suisse s’est emparé quatre fois du maillot jaune de leader de la course par étapes à la fin de le Final Climb sur l’Alpe Cermis. Le vainqueur du record du Tour est né en 1986 dans la vallée de Münster, dans le canton des Grisons, et a commencé à pratiquer le ski alpin à l’âge de 5 ans. À 13 ans, il est passé des pistes de ski alpin aux pistes de ski de fond, où il est devenu le meilleur fondeur de la Confédération jusqu’à sa retraite en 2022. En Coupe du monde, Cologna a remporté 15 courses individuelles et quatre fois le classement général de la Coupe du monde. Lors des Championnats du monde de ski nordique 2013 à Val di Fiemme, il a en outre remporté son seul titre mondial en skiathlon.

En 2010 (à Vancouver), 2014 (à Sotchi) et 2018 (à Pyeongchang), le Val Müstair a souligné sa motivation particulière pour les Jeux Olympiques d’hiver. Il y a remporté quatre fois l’or pour la Suisse. En 2010, en reconnaissance de ses performances, les Chemins de fer rhétiques ont baptisé l’un de leurs trains « Dario Cologna ». Tandis que la commune de Tschierv, proche de son lieu de naissance, a donné le nom de la légende des sports d’hiver à une rue.

FAQ sur les légendes des sports d’hiver

Qui est le meilleur skieur allemand de tous les temps ?

Avec 13 victoires lors de différentes courses de Coupe du monde, Felix Neureuther est considéré comme le meilleur skieur allemand dans cette catégorie. Il est toutefois surpassé par deux compatriotes féminines. En effet, Katja Seizinger (36 victoires en Coupe du monde) et Maria Höfl-Riesch (27 victoires en Coupe du monde) ont non seulement plus de deux fois plus de succès en compétition, mais sont également les deux seules Allemandes à avoir remporté le classement général de la Coupe du monde de ski alpin, avec deux (Seizinger) et un (Höfl-Riesch) gros globe de cristal.

Quel est le nom du skieur autrichien le plus titré ?

Au cours de sa carrière, Marcel Hirscher a remporté huit victoires au classement général de la Coupe du monde de ski alpin. Il n’est donc pas seulement le skieur autrichien le plus titré, mais aussi l’un des skieurs les plus titrés de tous les temps. Avec six gros globes de cristal dans son armoire à trophées, la compatriote d’Hirscher, Annemarie Moser-Pröll, peut se targuer d’être à ce jour la skieuse la plus titrée au monde chez les femmes.

Qui est le meilleur skieur suisse ?

Le meilleur skieur suisse s’appelle Pirmin Zurbrüggen. Outre quatre coupes du monde de ski alpin au total, il a remporté 40 courses de coupe du monde entre 1980 et 1990, onze petits globes de cristal en coupe du monde de la discipline, quatre médailles d’or aux championnats du monde de ski alpin et une médaille d’or olympique en 1988. La meilleure skieuse suisse est à nouveau Verni Schneider, qui a remporté trois fois le classement général de la Coupe du monde de ski alpin.

Quel sportif d’hiver a remporté le plus grand nombre de courses de descente ?

Dans l’histoire de la Coupe du monde de ski alpin, c’est l’Américaine Lindsey Vonn qui a remporté le plus grand nombre de courses de descente. Elle est montée 43 fois sur la plus haute marche du podium dans cette discipline. Avec 36 victoires en descente, l’Autrichienne Annemarie Moser-Pröll occupe ici la deuxième place du classement éternel. Elle devance son compatriote Franz Klammer, qui compte 25 victoires dans la plus rapide des disciplines de ski alpin, dont quatre lors de la légendaire descente du Hahnenkamm à Kitzbühel.

Qui est le meilleur sauteur à ski du monde ?

La Japonaise Sara Takanashi (2012/13, 2013/14, 2015/16 et 2016/17), le Polonais Adam Małysz (2000/01, 2001/02, 2002/03 et 2006/07) et le Finlandais Matti Nykänen (1982/83, 1984/85, 1985/86 et 1987/88) se partagent le plus grand nombre de victoires au classement général de la Coupe du monde de saut à ski, avec quatre chacun. Ils sont ainsi considérés comme les meilleurs sauteurs à ski du monde. En revanche, c’est l’Autrichien Gregor Schlierenzauer qui a remporté le plus de victoires individuelles en Coupe du monde, avec 53 fois sur la plus haute marche du podium.

Prendre le télésiège en toute sécurité

Alors que les premiers téléskis permettaient de transporter confortablement les ...

Skier au printemps – Quelles sont les stations de ski ouvertes ?

Beaucoup de neige, du soleil à profusion, une bonne visibilité, pas trop froid : ...

$stickyFooter