En haut
1

1Skier ? Oui mais en toute SÉCURITÉ !

La pratique du ski à la loupe

Quoi de plus agréable que de passer des vacances sous le soleil avec un ciel bleu, entouré de montagnes enneigées ? Du chasse-neige au planté de bâton en passant par un schuss et une descente en godille, débutants et pros se retrouvent tous sur les pistes, entre amis ou en famille.

Et pour que chacun puisse en profiter au maximum, il convient de respecter quelques règles de sécurité et de vivre ensemble. Nous les avons rassemblées ici pour vous. Les mots d'ordre sont sécurité, contrôle, esprit sportif et équité.

Hermann Maier
Hermann Maier, champion olympique sur super G et slalom géant (2 x médaillé d'or) :

« Il me semble que le plus gros risque est de surestimer ses capacités de skieur sur les pistes. Si chacun skiait de façon à pouvoir réagir et s'arrêter net en cas de danger, notre sport serait beaucoup plus sûr. » 1

Règlementation de la FIS
2

2RÈGLEMENTATION de la FIS

Pour s'amuser sur les pistes en toute tranquillité, il faut être extrêmement attentif. La Fédération Internationale de Ski (FSI) propose une explication en dix points de ce que cela signifie réellement. Ces règles sont valables à l'international pour tous les skieurs et snowboarders et règlementent le vivre ensemble sur les pistes mais servent aussi de base d'évaluation lors d'accidents.

Connaissez-vous ces 10 règles d'or pour profiter du ski sans danger ? Les points importants sont les suivants : comme vous le feriez au volant d'un véhicule, soyez prudent, skiez avec retenue et en contrôle de vos gestes. N'oubliez pas d'anticiper les éventuelles erreurs des autres skieurs et prenez vos repères sur la piste avant de vous lancer. Des difficultés peuvent se présenter même sur des pistes damées, avec par exemple des couloirs ou des parties plus raides, et changer selon la saison à laquelle vous vous y rendez.

  • 1. Être attentif

    Tout skieur/snowboarder doit se comporter sur les pistes de façon à ne mettre personne en danger ou gêner les autres utilisateurs.

  • 2. Contrôler sa vitesse

    Tout skieur/snowboarder doit skier en regardant autour de soi. Il doit adapter sa conduite à son niveau, au terrain, à la neige, aux conditions météorologiques ainsi qu'au flux de skieurs.

  • 3. Céder le passage

    Les skieurs en amont doivent céder la priorité aux skieurs en aval et doivent donc calculer leur trajectoire de façon à ne gêner ou n'effrayer personne.

  • 4. Dépasser

    Il est possible de dépasser de tous côtés, mais uniquement avec une distance de sécurité raisonnable.

  • 5. S'insérer et démarrer

    Tout skieur/snowboarder qui souhaite s'insérer sur une piste après une pause, une courbe ou un changement de piste doit le faire en toute sécurité, pour lui-même et pour les autres.

  • 6. S'arrêter

    Il faut éviter de s'arrêter en milieu de piste ou sur des portions où la visibilité est réduite. Il faut libérer ces espaces le plus rapidement possible.

  • 7. Monter

    Il faut absolument emprunter les bords de pistes lors de montées à skis ou à pied.

  • 8. Respecter la signalisation

    Il est impératif de bien connaître les panneaux et de respecter la signalisation.

  • 9. Porter assistance

    Lors d'un accident, tout skieur/snowboarder est tenu de porter assistance aux personnes accidentées.

  • 10. Pièce d'identité

    Il est obligatoire de présenter votre pièce d'identité si vous êtes témoin ou partie d'un accident. 2

Felix Neureuther
Felix Neureuther, meilleur skieur allemand actuel :

« Les 10 règles d'or sont essentielles à la pratique du ski. A mes yeux, le plus important est de savoir adapter sa vitesse et être conscient de ses limites ainsi que de son niveau. En respectant ces règles, vous êtes sûr de skier en toute sécurité. »

Prêt a skier ?
3

3Prêt À skier ?

Avez-vous bien pensé à vérifier que votre équipement répondait aux normes ? Avant de vous lancer sur les pistes, vérifiez que votre condition physique ainsi que de votre technique sont suffisantes. En effet, les débutants et ceux qui reprennent le ski devraient suivre des cours et savoir comment skier, comment tomber, comment se comporter en cas d'urgence,... Vous pouvez le faire auprès de plusieurs organismes avec des moniteurs assermentés comme par exemple l'ESF en France, la DSV en Allemagne ou encore l'ÖSV en Autriche.

Êtes-vous prêt mentalement et physiquement ?

  • Comment évaluez-vous votre niveau de ski ? Prenez le temps de bien choisir la station où vous vous rendez, de façon à ce qu'elle offre des pistes adaptées à votre niveau. Si vous êtes débutant ou que vous reprenez, dirigez-vous plutôt vers un domaine avec un grand nombre de pistes bleues et rouges, les pistes noires ne correspondant pas à votre niveau.
  • Vous sentez-vous en assez bonne forme physique, êtes-vous assez entraîné ? N'oubliez pas de consacrer du temps à l'acclimatation à l'altitude.
  • La pratique du ski est un sport de force. En conséquence, il convient de s'entraîner quelques mois ou semaines avant le départ, à la salle de sport grâce aux machines ou chez vous grâce à de petits exercices simples et rapides. Vous pouvez également trouver des plans d'entraînement sur internet qui vous permettront de renforcer vos cuisses et votre dos mais également votre mobilité, souplesse, endurance et coordination.
  • La pratique du ski est un sport technique. Les cours de ski sont la façon idéale d'acquérir la technique correcte. En effet, le but est de pouvoir skier de manière élégante, contrôlée et sans vous fatiguer.
  • Avant de partir tête baissée sur les pistes, échauffez-vous pendant quelques minutes avec des exercices simples, cela vous permettra de réduire le risque de blessures. Commencez par des pistes faciles afin de vous mettre en jambes. Augmentez la difficulté au fur et à mesure que la journée avance.
  • Ne surestimez pas vos capacités. Si vous n'êtes pas sûr de vous, ne vous engagez pas sur une piste plus difficile.


Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

La plupart des accidents se produisent en fin de matinée, pendant midi ou en fin d'après-midi, lorsque la concentration est au plus bas dû à la fatigue.3

Felix Neureuther
Felix Neureuther, meilleur skieur allemand actuel :

« La pratique du ski nécessite de l'endurance, de l'agilité et de la force. Cela est valable non seulement pour pouvoir skier toute une journée mais également pour éviter les blessures. Pour travailler votre endurance, faites du vélo ou de la course à pied. Entrainez votre équilibre et votre réactivité grâce à des exercices de coordination. C'est une préparation assez sympa je trouve. »

Avez-vous tout le materiel necessaire et aux normes ?
4

4Avez-vous tout le MATÉRIEL NÉCESSAIRE
et aux normes ?

  • Matériel de ski Matériel de ski

    Le casque

    Il est vivement recommandé de porter un casque (Norme européenne EN 1077) si l'on skie ou fait du snowboard. Vous pouvez vous le procurer au magasin de location, le masque étant parfois fourni avec. Notez bien que le casque ne doit être ni trop serré, ni bouger si vous secouez la tête et qu'il doit être facile à utiliser avec des gants de ski. Il ne doit pas non plus bloquer l'ouïe. Important : changer le casque au moins tous les huit ans (voir date de production indiquée sur le casque). En cas de chute avec dégradations visibles du casque, il est fortement conseillé d'en changer.

  • Matériel de ski

    Le masque

    Un masque vous permet de protéger vos yeux et vous assure une large visibilité. Le masque (à votre vue) et le casque doivent au mieux se compléter. La partie supérieure du masque doit normalement venir se positionner sur la partie frontale du casque sans former de jour. La partie inférieure du masque ne doit pas faire pression sur l'os du nez. Un bon masque comporte un double écran (barrière thermique) ou un écran antibuée ainsi qu'un écran assez large avec aération. Il doit être résistant aux UVS/UVB, au vent, aux précipitations et aux impacts. La protection anti-éblouissement est notée de 0 à 4 : la catégorie 3 convient aux sports de glisse alpin et aux rayons solaires, tandis que la catégorie 4 est plutôt conseillée pour les glaciers. Les écrans polarisants sont particulièrement utiles lors de faible visibilité et les écrans de type photochrome s'adaptent bien aux changements de lumière.

  • Matériel de ski

    La CRÈME solaire

    Pour bien protéger votre visage du soleil, du vent et du froid, il vous faut une crème solaire grasse et résistante à l'eau avec un fort indice de protection (dès LSF 30). Pour vos lèvres, prévoyez un baume à lèvres également avec indice de protection LSF. Par vent fort, pensez à porter une cagoule, un cache-nez ou un bandeau multifonctions. Conseil de pro : n'utilisez pas de crème hydratante le matin pour votre visage, même en sous couche de crème solaire. Elle a tendance à créer de l'humidité, qui gèlera sur votre visage par basse température et vous fera ressentir le vent de façon plus intense. Cela peut entraîner des gelures.

  • Matériel de ski

    Les VÊTEMENTS

    Portez des vêtements fonctionnels, chauds et adaptés à la météo qui vous permettent une grande liberté de mouvement. Le but est de n'avoir ni trop chaud, ni trop froid. Le meilleur modèle est sans doute celui des trois couches : sous-vêtements thermiques, puis polaire pour isoler et enfin veste imperméable, coupe-vent et respirante. Choisissez en priorité des sous-vêtements en matière synthétique ou en laine mais évitez à tout prix le coton. Portez une attention particulière aux détails comme les poches à fermeture éclair. Votre pantalon ainsi que votre veste devraient être équipés d'une jupe pare-neige et d'un système de détection en cas d'avalanche.

  • Matériel de ski

    Les gants

    À savoir : les moufles tiennent particulièrement chaud, les gants offrent un meilleur maintien et une plus grande dextérité. Les gants (ou les moufles) doivent être imperméables, déflecteurs de vent et respirants (et tactiles si besoin). Pensez à ne pas choisir des gants trop petits, puisqu'ils limitent vos gestes et de ce fait, vos mains se refroidiront plus vite. Mesurez donc vos mains et comparez avec le tableau de tailles du fabricant. Dernier point indispensable : la partie de la paume doit être renforcée.

  • Matériel de ski

    La protection dorsalen

    Elle protège la colonne vertébrale, surtout pour les freeriders et freestylers. Il est important de porter une protection qui vous va et qui est également respirante. Elle doit répondre à la norme européenne CE EN 1621-2. Il est conseillé aux snowboarders de porter des protège-poignets.

  • Matériel de ski

    Le sac À dos

    Si vous souhaitez à tout prix prendre un sac à dos sur les pistes, portez une attention particulière au confort et au poids. Un sac de 20 L maximum est largement suffisant pour la journée. Un sac, de surcroît trop grand et trop lourd, peut altérer votre conduite et s'avère souvent être un problème lors des montées et descentes des remontées mécaniques. N'oubliez pas que le sac à dos prend un tiers de l'assise et réduit donc votre place sur le siège. Vous pourriez avoir des difficultés à ouvrir ou fermer la barrière de sécurité. Le sac à dos doit résister aux chocs, être imperméable et être équipé de languettes au niveau de la poitrine et du ventre. Evitez les sangles et boucles superflues qui pendent, elles pourraient se prendre dans le télésiège ou le téléski et vous empêcher de monter/descendre correctement.

  • Matériel de ski

    Les chaussures de ski

    Les chaussures de ski doivent impérativement répondre aux normes de sécurité actuelles. Consultez un spécialiste qui vous aidera dans le choix de votre paire en fonction de votre morphologie. Elles ne doivent être ni trop grandes ni trop petites et doivent correspondre à votre façon de skier, à votre niveau et bien entendu épouser la forme de votre pied. La transmission de force sur les skis n'est garantie que si tous ces critères sont remplis. Mémo : les débutants se tourneront davantage vers une chaussure à coque souple et au chausson confortable, tandis que les pros privilégieront une chaussure à coque dure. Portez toujours une paire de chaussette adaptée pour essayer vos chaussures de ski.

  • Matériel de ski

    Les skis

    Les skis doivent également répondre aux normes de sécurité actuelles. Tout comme pour les chaussures, faîtes appel à un spécialiste pour choisir vos skis. Il vous guidera sur les points importants comme la longueur, la largeur et le type de construction du modèle. Comment souhaitez-vous régler vos skis ? Allez-vous vous en servir pour rester sur les pistes, faire du freeride ou du All Mountain ? Voulez-vous plutôt des skis pour le slalom, la course ? Si vous skiez sur piste, veillez à ce que les skis disposent d'un frein, qui permet de ne pas les perdre lors de chutes. Attention : les fixations doivent être utilisées comme une sécurité. Elles doivent être réglées chaque année par un professionnel en fonction de votre poids, taille, usage et niveau, et ce, grâce à un appareil de mesure spécifique puisque les fixations s'abîment avec le temps.

  • Matériel de ski

    RÉVISION

    Il est essentiel de faire réviser vos skis ou votre snowboard tous les ans. Cela vous permettra de skier avec aisance et d'effectuer des courbes facilement, sur neige ou verglas, grâce à des quarts affûtés. Emmener vos ski pour révision avant le début de la saison et faîtes régler vos fixations. Faîtes-les farter et affûter et faîtes réparer le revêtement. Un snowboard a besoin de moins d'entretien mais il convient tout de même de vérifier l'état des fixations et les resserrer le cas échéant. Le revêtement nécessite tout autant d'attention que pour les skis. Durant la saison, il vous suffira de refaire farter et affûter votre matériel. Certains skieurs le font tous les quatre à cinq jours.

Christa Kinshofer
Christa Kinshofer, championne olympique sur slalom et slalom géant :

« Avec du matériel adapté et une pratique du ski attentive, il est possible de passer des vacances sans accident. Également important : rester concentré et avoir une vue d'ensemble. » 5

Le port du casque
Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

On recense entre 65 et 70 millions de skieurs dans le monde.

5

5Le port du casque

La plupart des blessures à la tête peuvent être évitées grâce au casque. Le casque remplit les fonctions d'isolation thermique, de protection et fait partie de la panoplie indispensable d'un skieur/snowboarder. Son port est vivement recommandé et même obligatoire dans certaines régions des Alpes.

  • Allemagne
    Allemagne

    Le port du casque n'est pas obligatoire. La fédération allemande de ski (DSV) et l'association allemande de moniteurs de ski (DSLV) travaillent main dans la main afin de convaincre les skieurs de porter un casque.

  • Autriche
    Autriche

    Le projet de loi concernant le port du casque pour les enfants et les adolescents jusque 15 ans a été voté, l'application de la loi revient aux différents états autrichiens. Les Länder de Salzbourg, Carinthie, Styrie, Basse-Autriche et Burgenland ont déjà adoptée la loi, contrairement aux Länder Tyrol et Vorarlberg. Cependant, aucun contrôle n'est effectué et de ce fait aucune contravention n'est attribuée.

  • Suisse
    Suisse

    Le port du casque n'est pas obligatoire. Cependant, des campagnes de sensibilisation de grande envergure ont eu pour conséquence une utilisation accrue du casque, avec le pourcentage de port de casque le plus élevé d'Europe. 6

  • Italie
    Italie

    Le port du casque est obligatoire pour les enfants et les adolescents jusque 14 ans. La police est responsable du secours sur les pistes et procède également à des contrôles. Le non port du casque est passible d'un retrait du forfait remontées mécaniques et d'une contravention pouvant aller jusqu'à 200 €.

  • France
    France

    Le port du casque n'est pas obligatoire mais des campagnes de sensibilisation encouragent son utilisation pour les enfants et les adolescents.

Felix Neureuther
Felix Neureuther, meilleur skieur allemand actuel :

« Le casque est l'élément essentiel à la pratique du ski. Son port n'est pas encore obligatoire dans tous les pays mais c'est à mon sens absolument fondamental pour tout skieur ! La sécurité prime avant tout. »

Une journee de ski parfaite
Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Certaines stations ont déjà mis en place des limitations de vitesse, des zones de circulation à 30 km/h et des radars, comme à Gstaad en Suisse.

6

6Une JOURNÉE de ski parfaite

Il ne suffit pas uniquement d'avoir envie de skier pour prendre du plaisir sur les
pistes. Voici les choses à faire et celles à éviter afin de profiter pleinement des
moments passés sur les skis.

À faire

  • Avant de vous lancer sur les pistes, assurez-vous d'être suffisamment reposé et échauffez-vous bien.
  • Respecter les consignes indiquées aux remontées mécaniques, que ce soit un téléski ou un télésiège.
  • Faîtes régulièrement des pauses et terminez la journée de ski à temps.
  • Respectez les limites: celles des pistes et les vôtres.
  • Skiez de façon à contrôler vos faits et gestes et informez-vous de l'heure de la fermeture des remontées mécaniques et des pistes.
  • Respectez l'environnement et la nature : utilisez les transports en commun (bus, train) ou faîtes du covoiturage pour vous rendre au ski mais également sur place en station. Ne laissez pas vos déchets dans la nature. Ramassez-les et jetez-les aux endroits prévus à cet effet.
Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Les femmes se blessent le plus souvent les genoux tandis que les hommes se blessent principalement le torse et les épaules.7

À ÉVITER

  • Ne frôlez pas les autres skieurs et skiez de façon calme et assurée.
  • Ne vous surmenez pas et arrêtez de skier avant d'être en état d'épuisement.
  • Mangez en quantité suffisante durant la journée, de préférence des aliments faibles en lactose et faciles à digérer. N'oubliez pas de vous hydrater, surtout en haute altitude et privilégiez l'eau minérale ou les infusions, cela fait du bien au corps.
  • Ne consommez pas d'alcool avant ni pendant la pratique du ski. Les effets de l'alcool sont plus intenses en altitude et ralentissent votre temps de réaction. L'après-ski, comme son nom l'indique, est réservé à la fin de la journée de ski !
  • Ne sortez pas des pistes et ne skiez pas dans les zones d'avalanche, protégées ou interdites ! Si le niveau de danger d'avalanche est supérieur à 2, ne sortez surtout pas des pistes. Respectez les signaux lumineux sur les panneaux panoramiques d'information des domaines skiables et informez-vous auprès du personnel des remontées mécaniques.
  • N'emprunter aucune piste fermée ou sur lesquelles les pisteurs travaillent. Les dameuses en action sont un danger pour les skieurs !
Signalisation internationale en vigueur
7

7Signalisation internationale en vigueur

Signification de la signalisation internationale en vigueur sur les pistes :

Piste vertePiste verte

Piste verte

Très facile, pente à moins de 25 %, piste d'entraînement pour les débutants

Piste bleuePiste bleue

Piste bleue

Facile, pente jusqu'à 25 %, pour skieurs avancés

Piste rougePiste rouge

Piste rouge

Niveau intermédiaire, pente jusqu'à 40 %, pour skieurs avancés

Piste noirePiste noire

Piste noire

Difficile, pente à plus de 40 %, pour très bons skieurs

Andre Scheid
Andre Scheid, entraîneur en chef de l'équipe de course de snowboard allemande :

« Un bon skieur ou snowboarder est quelqu'un qui skie non seulement mieux que la plupart des gens mais qui peut aussi mieux analyser les risques d'une situation et réagir de façon adéquate. Un débutant se sent souvent dépassé s'il est sur un terrain inconnu. Un bon skieur doit également en tenir compte. »

Le hors piste
Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

La vitesse d'une avalanche peut atteindre les 300 km/h sur terrain raide.

8

8Le hors piste

Il est de plus en plus en vogue de pratiquer le hors piste, le freeride ou encore le ski de randonnée, en fait tout ce qui est en dehors de la piste balisée. Il est impératif de respecter certaines règles : pratiquer ces sports nécessite un respect et une connaissance approfondie du terrain alpin emprunté. Cela signifie avoir un certain sens des responsabilités, suffisamment de savoir, d'expérience et une formation adéquate. Il est indispensable d'avoir un équipement adapté et de secours, que vous serez vous-même en capacité de manipuler en cas d'accident.

Prudence

Vous devez être capable d'évaluer le niveau de risque d'avalanche, de la pente, la constitution du manteau neigeux, l'exposition et les signes de dangers et réagir en situation sur le terrain. Il faut donc bien choisir sa trajectoire ou son couloir. Soyez particulièrement attentif aux signes annonciateurs comme les déclenchements d'avalanches par explosif ou naturels sur les zones alentour, les fissures lorsque vous posez pied sur le manteau neigeux, les bruits sourds ou encore un manteau neigeux humide.

  • Sortir des pistes est à vos risques et périls, c'est la raison pour laquelle vous devriez être capable d'évaluer les risques alpins comme les avalanches, les changements de météo, les crevasses sur les glaciers ainsi que la qualité de la neige. N'oubliez pas que 90 % des accidentés sont eux-mêmes à l'origine de l'avalanche !

  • Il est crucial d'avoir le matériel nécessaire dont casque et sac à dos ABS (airbag) ainsi que tout l'équipement en cas de danger et de savoir s'en servir notamment le tout nouveau DVA 3 antennes (Détection pour les Victimes d'Avalanches), une sonde à avalanches et une pelle. Familiarisez-vous bien avec tout ce matériel et vérifiez bien la fonctionnalité de votre DVA aux bornes ou points prévus à cet effet avant chaque sortie.

  • Tenez-vous informé chaque jour des risques éventuels d'avalanche grâce aux bulletins officiels et n'oubliez pas que les risques d'avalanches et de détachement de plaque de neige restent dangereux même si le niveau de danger n'est que d'1.

  • Il est impératif de savoir s'orienter avec une carte ou un GPS, de pouvoir venir en aide aux autres et de connaître les gestes de premiers secours.

  • Ne partez jamais seul et évitez de partir en groupe entier sur les mêmes flancs.

  • Choisissez des points de rendez-vous sûrs.

  • Vérifiez bien la batterie et l'état de votre DVA (émission et réception de signaux). Réglez tous les appareils sur le mode « émission » avant d'effectuer une sortie en groupe.

  • Il est recommandé de partir en randonnée ou de faire du hors piste en compagnie d'un guide assermenté. Soyez respectueux de l'environnement, de la nature, de la faune et de la flore. Les animaux en particulier ont besoin de leurs réserves afin de survivre à l'hiver. Evitez de les effrayer sans raison et respectez les panneaux de signalisation de zones de protection naturelle. Les sanctions sont très sévères.

Niveau d'avalanche

  • Niveau 1 avalanche

    Le niveau 1 représente un niveau de danger peu élevé. Le déclenchement d'une avalanche est possible dans le cas d'une charge pondérale importante comme un groupe. Les conditions sont bonnes. Attention : les pentes raides ne doivent être empruntées que par un skieur à la fois.

  • Niveau 2 avalanche

    Le niveau 2 représente un risque d'avalanche modéré. Le déclenchement d'une avalanche est possible dans le cas d'une charge pondérale importante sur une pente raide. Dans l'ensemble les conditions sont plutôt bonnes. Soyez cependant vigilent dans le choix de votre itinéraire.

  • Niveau 4 avalanche

    Le niveau 3 représente un risque d'avalanche considérable. Le déclenchement d'une avalanche est possible dans le cas d'une charge pondérale moindre comme par exemple un seul skieur. Dans l'ensemble les conditions sont critiques. Soyez très vigilent dans le choix de votre itinéraire, les pentes raides et les expositions concernées sont à éviter.

  • Niveau 3 avalanche

    Le niveau 4 représente un risque d'avalanche élevé. L'avalanche se déclenchera très probablement dans le cas d'une charge pondérale moindre. Les conditions sont très critiques. Le mot d'ordre : restez sur les pistes.

  • Niveau 5 avalanche

    Le niveau 5 représente un risque d'avalanche très élevé. Il faut s'attendre à des avalanches à tout moment, même sur des pentes douces. Les conditions sont désastreuses. Le mot d'ordre : oubliez le freeride et le ski de rando pour le moment !

André Roch
André Roch, alpiniste :

« Avis à tous les pros : l'avalanche ne fait aucune différence entre débutant et professionnel... » 8

Que faire en cas d'urgence ?
Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

6 skieurs sur 10 et 7 snowboarders sur 10 victimes d'accidents sont des hommes. 9

9

9Que faire en cas d'urgence ?

D'après les règles de la FSI, vous êtes tenu de porter secours
en cas d'accident. Voici les gestes qui pourront vous aider
en cas d'urgence.

  • Gardez votre calme et sécurisez le périmètre de l'accident, mais vous également.
  • Administrez les soins de premiers secours et gardez la victime au chaud.
  • Contactez les secours au 112, numéro d'urgence international. Si vous le souhaitez, composez le 140 en Autriche, le 1414 en Suisse, le 118 en Italie et dans le Tyrol du sud ou le numéro des remontées mécaniques du domaine où vous vous trouvez (voir plan des pistes).
  • Répondez aux questions suivantes : qui prévient de l'accident ? Que s'est-il passé ? Combien de victimes y a-t-il ? Quand s'est produit l'accident ? Où s'est-il produit ?
  • Quelles sont les conditions météo au lieu de l'accident ? Ne coupez pas la communication et renseignez votre identité ainsi que vos coordonnées personnelles.
Prof. Hanns-Michael Hölz
Professeur Hanns-Michael Hölz, président de la fédération de snowboard allemande :

« Beaucoup d'accidents sont dus au manque d'appréciation du danger. Les passages entre soleil et ombre entraînent souvent des accidents, parce que la visibilité est réduite et que l'on ne voit les autres que bien trop tard. Il faut donc toujours garder en tête que l'on se trouve dans la nature. Et un peu d'autocritique ne fait jamais de mal : il faut aussi savoir reconnaître ses propres erreurs. Enfin, être en bonne forme physique, avoir du bon matériel et un bon niveau peuvent éviter de nombreux accidents. »

Skier avec des enfants
10

10Skier avec des enfants

Les enfants, tout comme les adultes, ont besoin d'un équipement sûr, d'excellente qualité et adapté à leur taille et niveau.

  • Ils sont beaucoup plus sensibles au froid que les adultes, c'est pourquoi la qualité et la fonctionnalité de leur équipement ont une importance capitale.
  • Les vêtements pour enfants doivent être à leur taille et suffisamment visibles dans la neige. Evitez les écharpes et cordons qui pourraient flotter au vent et habillez-les de façon adéquate afin d'éviter l'accumulation de chaleur. Pensez à leur fournir des vêtements de rechange comme bonnet, gants mais également de la crème solaire. Enfin, les enfants doivent rester suffisamment hydratés.
  • Ne choisissez pas vos chaussures de ski trop grandes, cela pourrait influencer la transmission de force sur les skis de façon négative. Munissez votre enfant d'une protection dorsale et d'un casque (Norme européenne CE 1077) avec mentonnière afin de protéger la zone de la bouche. Fixez le masque au casque pour éviter qu'il ne le perde.
  • La taille des skis doit se trouver entre les aisselles et la hauteur d'épaules. Les bâtons sont généralement déconseillés aux débutants et recommandés à partir d'un certain niveau.
  • Les enfants imitent les adultes pour apprendre et s'améliorer. En tant que parents, vous leur servez d'exemple : pensez à porter vous-même un casque et à respecter les consignes de la FIS.
  • N'utilisez pas de harnais pour votre enfant. Même s'il permet de freiner la vitesse, il freine également l'apprentissage. Les skis paraboliques conviennent de ce fait parfaitement aux enfants.
  • Faites régulièrement régler les fixations par un professionnel. Les enfants progressent vite et grandissent, et ce, même au cours d'une seule saison.
  • Inscrivez vos enfants à un cours de ski dès le plus jeune âge, dès trois ou quatre ans. C'est là qu'ils apprendront le mieux à skier, de façon ludique et sur un terrain adapté à leur niveau.
  • Les enfants ne dépassant pas 125 cm ne doivent pas utiliser les télésièges seuls puisqu'ils pourraient passer sous la barrière de sécurité du fait de leur petite taille.
  • Notez que le métabolisme d'un enfant met plus de temps à s'adapter à l'altitude et que la compensation de pression fonctionne plus lentement. Les enfants en bas âge ne devraient pas monter à plus de 1 500 mètres d'altitude. Observez les signes avant-coureurs à une éventuelle intolérance à l'altitude comme l'apathie et la fatigue.
  • Inscrivez vos coordonnées sur un papier et remettez-le à votre enfant, que vous puissiez être informé le cas échéant.
  • Une location à la saison du matériel de ski pour enfants vaut souvent le coup. Vous pouvez également regarder les sites de troc ou d'échange de particulier à particulier par exemple. Portez une attention particulière au respect des normes de fabrication etc.
Felix Neureuther
Felix Neureuther, meilleur skieur allemand actuel :

« J'explique aux enfants que se déplacer sur les pistes ressemble beaucoup à ce qui se passe sur la route. En ce sens, il faut se conduire comme un conducteur le ferait, sauf qu'au lieu des feux rouges et des passages piétons, il faut respecter d'autres règles. Pour une approche plus concrète, j'aime bien leur faire pratiquer des exercices ludiques :

  • Attention & vitesse

    Plusieurs enfants descendent en même temps, mais doivent être capables de s'arrêter de façon nette et précise à l'arrivée.

  • Choix de la trajectoire & dépassement

    Le moniteur de ski descend en empruntant de grandes courbes. Les enfants doivent essayer de le dépasser en toute sécurité.

  • Classement

    Un groupe (A) se positionne en milieu de piste. Les enfants du groupe (B) restés en haut descendent les uns après les autres et chacun d'eux doit s'insérer dans la file entre deux autres enfants, de façon à ne pas gêner ni à ne freiner les enfants du groupe A.

  • Arrêt

    Les enfants descendent et doivent s'arrêter net dès que le moniteur dit « Stop ».

  • Assistance

    Les enfants s'allongent sur la piste avec chaussures et skis aux pieds. Ils doivent s'aider mutuellement à se relever.

Sources

1 http://www.skiinfo.de/news/a/572312/interview-mit-hermann-maier
2 https://www.ski-online.de/stiftung-sicherheit/fis-verhaltensregeln/fis-regeln-alpin.html
3 Österreichischer Skiverband, Interview Mag. Werner Wörndle, Leiter der SkiAkademy St. Christoph, Dr. Martin Burtscher, Arzt und Sportwissenschaftler Univ. Innsbruck (ITV OeSV), "Die meisten Unfälle passieren aus Selbstüberschätzung"
4 arag.de
5 http://www.speakers-excellence.de/se/blog/christa-kinshofer-interview/
6 http://www.bfu.ch/sites/assets/Shop/bfu_2.999.01_bfu-Erhebung%202015-Tragquoten%20von%20Schutzartikeln%20beim%20Ski-%20und%20Snowboardfahren.pdf
7 https://www.ski-online.de/files/dsv-aktiv/PDF/Projekte/ASU-Unfallanalyse-2013-2014.pdf
8 http://www.slf.ch/praevention/lawinenunfaelle/Publikationen/bergundsteigen_1-2015_techel_winkler.pdf
9 Kuratorium für Verkehrssicherheit

+ Stiftung Sicherheit im Skisport (SIS) Hubertusstraße 1, 82152 Planegg (gegründet von Freunde des Skisports e. V./DSV aktiv und Deutschen Skiverband e.V. )
+ DSV aktiv www.ski-online.de, DSV aktiv Safety Days https://www.ski-online.de/stiftung-sicherheit/projekte/detail/dsv-aktiv-safety-days.html
+ ASU Unfallanalyse, Auswertungsstelle für Skiunfälle, Leitsystem der SiS, von ARAG Sportversicherung in Kooperation mit den DSV aktiv / Freunde des Skisports (FdS) im DSV und Stiftung Sicherheit im Skisport https://www.ski-online.de/stiftung-sicherheit/projekte/detail/asu-unfallanalyse.html
+ Institut Sicher Leben (ISL), Wien, vom Kuratorium für Verkehrssicherheit ARGE Arbeitsgruppe / Sicherheitskampagne "Safer snow, more fun"
+ OeSV, Interview Mag. Werner Wörndle, Leiter der SkiAkademy St. Christoph, Dr. Martin Burtscher, Arzt und Sportwissenschaftler Univ. Innsbruck (ITV OeSV), "Die meisten Unfälle passieren aus Selbstüberschätzung"
+ Österreichisches Kuratorium für alpine Sicherheit -> Was ist zu tun, wenn man zu einem Unfall auf einer Skipiste kommt?
+ BMI, Republik Österreich, Bundesministerium für Inneres, Verhaltensregeln für den Skisport, FIS-Regeln, Richtlinien für Snowboarder.
+ Die bfu – Beratungsstelle für Unfallverhütung, Leitfaden http://www.bfu.ch/sites/assets/Shop/bfu_3.126.01_%C2%ABSnow%20Safety%C2%BB%20%E2%80%93%20Leitfaden%20f%C3%BCr%20die%20Sicherheit%20im%20Schneesport.pdf.
+ DAV - Checkliste Lawinen; DAV www.check-your-risk.de